Discussion:arithmétiques

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

arithmétiques ou Arithmétiques[modifier le wikicode]

La seule référence connue à arithmétiques, nom propre pluriel, est en fait Arithmétiques et correspond à la traduction française du titre d'un écrit du mathématicien grec Diophante d'Alexandrie. Cette traduction se fonde sur le titre original de l'oeuvre en grec ancien arithmetica traduite en latin par arithmeticorum.
La traduction de aritmetica par LES Arithmétiques ou son Arithmétique est impropre. En grec ancien, et même moderne, "arithmétique" se dit αριθμητική (arithmetiki) et on utilise le neutre pluriel de l'adjectif (arithmetikos) pour indiquer l'ensemble du contenu qui s'y rapporte, soit αριθμητικα (arithmetika). Le traducteur en latin a reproduit ceci en écrivant arithmeticorum.
Par exemple, on dit η γαλλική γλώσσα (i galliki glossa): la langue française, mais τα γαλλικά pour : le français dans son ensemble lexical et grammatical. J'apprends le français : Μαθαίνω γαλλικά (maphaino gallika). Il faudrait comprendre ici τα αριθμητικα l'Arithmétique (singulier) dans l'ensemble de ses règles et symboles. D'ailleurs, logiquement, il ne peut y avoir qu'une seule arithmétique traitant des règles de calcul sur les nombres entiers (αριθμός). J'apprends l'arithmétique : Μαθαίνω αριθμητικα.-- Supreme assis (grain de sel) 17 septembre 2015 à 08:56 (UTC)

àmha le pluriel neutre de l'adjectif désigne par ellipse d'un substantif neutre que je ne me hasarderai pas à préciser, tout ce qui peut être qualifié par l'adjectif. donc ici, tout ce qui se rapporte aux nombres entiers (αριθμός). --Pjacquot (discussion) 17 septembre 2015 à 09:18 (UTC)
CQFD àmha too-- Supreme assis (grain de sel) 19 septembre 2015 à 07:46 (UTC)

arithmétique ou arithmétiques[modifier le wikicode]

Ah ! la substantifique moelle de l'arithmétique, noble science orthodoxale des nombres, entiers au départ, dont les règles, théorèmes, et autres subtilités se sont accumulées au fil des âges et qui reste, grâce aux splendides possibilités opératoires des trois opérations basiques -(je rappelle que la division, au départ euclidienne a été dévoyée par l'introduction des nombres décimaux : la première référence officielle, si je ne me fourvoie, est rapportée dans le Nouveau testament ici)- la seule possibilité de dénombrement exact ! D'où l’intérêt des calculs quantiques.

Oh ! les horribles déformations de l'arithmétique au service de ceux qui veulent "trafiquer" les résultats de la première pour le profit de LEUR vérité paradoxale. Ne parlons pas de politique ici dont l'arithmétique dépend de l'observateur (10 000 manifestants d'après la police, contre 150 000 d'après les syndicats : Oumpfffff !). En revanche, citons les arithmétiques commerciales dont les résultats sont parfois surprenants et largement diffusés sur d'immenses panneaux publics, tels que : 2 achetés = 3 emportés.
Pfou, les pôvres profs de maths qui doivent mettre heures de colle sur heures de colle à des élèves "issus de la diversité" auxquels il faut faire comprendre que l'on ne peut pas additionner des choses différentes (des choux et des navets, par exemple). Mais m'siou, di botilles et di botilles, c'est kif-kif !
No more comments here.-- Supreme assis (grain de sel) 19 septembre 2015 à 07:44 (UTC)

arithmétique ... ou Arithmétique ?[modifier le wikicode]

Finalement, nous arrivons au cœur du fond : l'Esprit de la substance. Si l'arithmétique traite de règles et lois de la numération et du dénombrement, lesquels sont des problèmes majeurs rencontrés par l'Esprit depuis la Nuit des Temps (voir la grotte Chauvet le menhir couché de Locmariaquer ... et l'introduction du Nouveau testament !), la substantifique moelle de son Esprit est bien dans Arithmétique ?
Plus clairement pour nos cerveaux modernes noyés dans la complexité, la première est plutôt une ellipse de la seconde, que nous pouvons remplacer par une locution nominale : le calcul arithmétique, y compris avec ses règles et lois. Le substantif rejoint l'adjectif !
L'Esprit des Nombres reste inaccessible au commun des mortels et ses avatars : la numérologie, païenne, pragmatique, et la Kabbale, spirituelle, dogmatique, et rattachée au sens profond de raisonnement orthodoxal (kabbalah tradition authentique) avec une racine proche de Allah (?? interprétation perso).
Je veux bien dire par là, que l'Esprit des Nombres N'EST PAS accessible au calcul, mais seulement à un consensus philosophique, au sens noble de la Philosophie et non à celui de la science du même nom s'écrivant avec p et contenant divers courants que l'ellipse désigne par les philosophies !
Une preuve ? Pour ceux qui ignoreraient le problème majeur posé à l'arithmétique par mon prestigieux confrère Fermat qui a laminé les plus prestigieux mathématiciens jusqu'à nos jours, et qui, pire, fut lamentablement dénaturé et vidé de sa moelle par un pseudo-mathématicien anglais wiles par une abominable soi-disant "démonstration" d'une complexité jamais égalée, et arrangée pour que le calcul "colle" au final, je dirai que LA solution est d'une étonnante simplicité et tient en une proposition orthodoxale dont la logique aveugle, proprement kabbalistique, qui tient en quelques mots inscriptibles en marge d'un livre et que vous pouvez trouver ici.

Désolé, mais j'ai rien compris. Vraiment. Il faut que tu utilises des termes linguistiques si tu veux qu’on traite ce sujet de manière linguistique. Soit plus clair s'il te plait. --— Lyokoï (Parlons Mort de rire) 22 septembre 2015 à 13:01 (UTC)
Rien compris ? Hum. quelle est la différence entre prendre un Verre (in ingliche : grab a drink) et prendre un verre (in ingliche : take a glass) ? Moi pas pouvoir mieux faire pour expliquer cette ... métaphore ? qui est une difficulté pour les matérialistes-
L'analogie avec la démonstration de Wiles est là pour démontrer la c...rie aberration de la complexité- Supreme assis (grain de sel) 22 septembre 2015 à 13:12 (UTC)
Oki. Prendre un Verre n’existe pas. Le sens que tu donnes à la majuscule n’est pas bon. Ce phénomène est extrêmement courant et est indiqué par des sens différents dans les définitions. --— Lyokoï (Parlons Mort de rire) 22 septembre 2015 à 13:31 (UTC)