antijuivisme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
antijuivisme antijuivismes
\ɑ̃.ti.ʒɥ.vism\

antijuivisme \ɑ̃.ti.ʒɥ.vism\ masculin

  1. (Très rare) Synonyme de antisémitisme.
    • Ainsi fut fait, de sorte que l’antijuivisme n’est nullement « une lutte contre le parasitisme ». — (Louis Durieu, Les Juifs algériens (1870-1901) : études de démographie algérienne, Le Cerf, 1902, p. 81.)
    • L’antijuivisme exaspéré dont il venait de faire étalage dans son ouvrage : La France juive, trouva une pâture d’envergure dans cette nouvelle affaire. — (Jeanne Humbert, Eugène Humbert : la vie et l’œuvre d’un néo-malthusien, La Grande Réforme, 1987, p. 37.)
    • Vous devriez dire “antijuivisme”, et non antisémitisme ; je suis sémite, moi. — (traduction d'un propos de Jamil Baroody, cité dans le compte-rendu de la 1752e séance du Conseil de sécurité des Nations unies, 27 octobre 1973, p. 12.)
    • Il est impossible en effet de faire abstraction de l’antisémitisme militant et institutionnalisé « qui fut incontestablement l’une des caractéristiques majeures de la vie politique algérienne », puisqu'Italiens et beaucoup plus Espagnols, masse de manœuvre électorale, furent amplement infectés par « l’antijuivisme ». — (Pierre Milza, Exils et Migration : Italiens et Espagnols en France, 1938-1946, L’Harmattan, 1994, p. 433)
    • En voyage à Alger en 1895 et présent au congrès socialiste du mois d’avril de cette année, il ne se démarque en aucune façon de « l’antijuivisme » qui anime les militants et dénonce lui-même « la juiverie » comme « exploiteur commun des colons et des Arabes ». — (Juliette Bessis, Maghreb : la traversée du siècle, L’Harmattan, 1997, p. 102)
    • Tringlard venait de débarquer, du Togo ou de Centrafrique - il en avait ramené des diamants pour Mme Tringlard -, et, le moins qu’on puisse dire, c’est que le cher homme avait manqué le coche dès le début : il insultait la faiblesse de ses élèves, les pénalisait durement (les notes !), les considérait comme bourrés de préjugés incoercibles, d’un autre âge, les accusait d’antijuivisme (à propos de l’existence de l’état[sic] d’Israël), s’en prenait à certains aspects de leur foi religieuse… — (Jean-Pierre Koffel, L'inspecteur Kamal fait chou blanc, Fennec, 1999, p. 39)
    • C’est lui qui l’a fait, et il en est roi, ayant remplacé l’antijuivisme déjà suranné par « l’antitoutisme » qui est encore quelque chose de bien plus fort et surtout « de plus rigolo ». — (La Revue administrative, 2001, vol. 54, p. 575.)
    • [...] Alexandra Schwartzbrod (« l’activiste anti-israélienne Alexandra Oum-Swartz-brod », « la désinformatrice de Libé » qui, « dans des élans de pathos graisseux », sculpte « les vagues de l’antijuivisme renaissant en France ») [...]. — (Dominique Vidal, Le Mal-Être juif : entre repli, assimilation et manipulations, Agone, 2003, p. 107)
    • Seul contre tous, dans une société à mentalité largement militariste, imprégnée d’« antijuivisme » comme on disait et écrivait à l’époque, Zola, du moins dans ce domaine, n’a pas fait d’émules. — (Paul Heutching, Ah ! Cette France : le paradoxe français, Courcelles, 2007, p. 170)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]