demi-mondain

    Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

    Français[modifier le wikicode]

    Étymologie[modifier le wikicode]

    (XIXe siècle) Dérivé de mondain, avec le préfixe demi-.

    Adjectif [modifier le wikicode]

    Singulier Pluriel
    Masculin demi-mondain
    \də.mi.mɔ̃.dɛ̃\
    demi-mondains
    \də.mi.mɔ̃.dɛ̃\
    Féminin demi-mondaine
    \də.mi.mɔ̃.dɛn\
    demi-mondaines
    \də.mi.mɔ̃.dɛn\

    demi-mondain \də.mi.mɔ̃.dɛ̃\

    1. Pas tout à fait mondain.
      • Ancienne amie de mon oncle, aimée de toute la famille, sensible, active, désintéressée, intercédant tour à tour pour tous, encore agréable de figure sous le costume modeste, propre, demi-mondain, demi-monastique qui en faisait la soeur grise de ce couvent rural. — (Alphonse de Lamartine, Nouvelles confidences, 1849)
      • Percevant le trouble, mais trop lourd pour en découvrir la cause, son hôte comprit toutefois qu’il était d’une élémentaire tactique d’entretenir la conversation tombée au rang de demi-mondaine, et, monnayant ses connaissances en helvétiologie, passa de la fondue aux vaches, à l’hôtellerie, à la tuberculose et à la neige, M. Lehameau laissait dire, ne fournissant pour sa part que l’aumône de quelques grognements sans signification appréciable.— (Raymond Queneau, Un rude hiver, Gallimard, Paris, 1939)
    2. Relatif au demi-monde.
      • Très demi-mondain, “lancé” comme s’il eût cherché à se fuir, - plutôt reçu qu’accepté, il est vrai, - on l’admettait, grâce à cette sorte de peur confuse, indéfinissable, que suggérait sa personne. — (Auguste de Villiers de L’Isle-Adam, Contes cruels, 1888)

    Notes[modifier le wikicode]

    Ce mot s'utilise surtout, sous sa forme substantivée, au féminin → voir demi-mondaine

    Traductions[modifier le wikicode]