entartage

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XXe siècle) Selon Noël Godin, Crème et châtiment : mémoire d'un entarteur, Éditions Albin Michel, 1995 : De entarter avec le suffixe -age.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
entartage entartages
\ɑ̃.taʁ.taʒ\
Un entartage.

entartage \ɑ̃.taʁ.taʒ\ masculin

  1. Action d'entarter, de jeter une tarte à la crème à la tête de quelqu'un.
    • Il s'est pris quatre tartes dans la figure. Après l’entartage de Gates, sa cote de «tueur à gags » a littéralement explosé. « On n'arrête pas de me faire des propositions étranges, confirme-t-il. Des gens que je ne connais pas se disent prêts à faciliter l’entartement de personnalités dont je préfère taire le nom […]. — (Didier Pavy, Les Belges, éd. Grasset & Fasquelle, 1999)
    • La présence du philosophe convoque immédiatement les images de son premier entartage datant de 1985 où il perd le contrôle et menace Noël Godin, à terre, de lui « casser la gueule ». — (Mélisande Leventopoulos & Catherine Roudé, Les Lascars du LEP (2009-1986) : trajectoire d’images rebelles à contretemps, dans Cinémas libertaires: Au service des forces de transgression et de révolte, sous la direction de Nicole Brenez & Isabelle Marinone, Presses universitaires du Septentrion, 2015, 2017, p. 143)
    • Non, ce que je dis n'est pas exact : j'ai quand même été fasciné. J'ai assisté à un seul entartage, celui de Jean-Pierre Chevènement. — (Benoît Delépine et Gustave Kervern: De Groland au Grand soir, entretien avec Hervé Aubron & Emmanuel Burdeau, éd. Capricci, 2012)
    • En pleine séance de dédicaces de son "American vertigo", Bernard-Henri Lévy a subi hier deux entartages consécutifs. — (Site votrejournal.net, article Bernard-Henri Lévy entarté 2 fois au Salon du livre, le 4 aoùt 2013).

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Paronymes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

  • Georges Lebouc, Dictionnaire de belgicismes, éd. Racine, 2006, p. 277