impossibilité

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(fin XIII) impossibleté. Emprunté au latin impossibilitas.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
impossibilité impossibilités
\ɛ̃.pɔ.si.bi.li.te\

impossibilité \ɛ̃.pɔ.si.bi.li.te\ féminin

  1. Défaut de possibilité.
    • La faculté de comprendre ou l’impossibilité de comprendre, dit fort judicieusement M. Mill, ne peut, dans aucun cas, être considérée comme un critérium de Vérité axiomatique. — (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
    • Quant à Jacques, […] il concevait l'impossibilité d'un mariage entre lui qui avait une famille, là-bas, au pays, et cette petite Bédouine qu'il ne pouvait même pas songer à transporter dans un autre milieu, sur un sol lointain et étranger. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
    • Le lendemain, c'est la roupillade prolongée, la courbature au réveil, l’impossibilité de besogner utilement. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 103)
  2. (Par extension) Chose impossible.
    • La subordination du mouvement syndical au mouvement socialiste est dans notre pays une impossibilité matérielle et une impossibilité morale. — (Ludovic-Oscar Frossard; Pour la IIIe Internationale, discours prononcé au XVIIIe Congrès de la S.F.I.O. à Tours en décembre 1920)
    • Dans ce cas, nouvelle aporie : comment Paul réussit-il à la fois à être en 62 un vieillard, en 36 un enfant et, au tout début du siècle, un nouveau-né? J’attends, sans illusion de succès, qu’on résolve pour moi ces énigmes. — Et encore ne fais-je ici allusion qu’aux impossibilités de la chronologie… — (Bernard Dubourg, L’invention de Jésus, tome II, « La fabrication du Nouveau Testament », Paris, Éditions Gallimard, 1989, p. 151)


Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]