koñsul

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Breton[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1732)[1] Du français consul, issu du latin consul.

Nom commun [modifier le wikicode]

Mutation Singulier Pluriel
Non muté koñsul koñsuled
Adoucissante goñsul goñsuled
Spirante cʼhoñsul cʼhoñsuled

koñsul \ˈkɔ̃sːyl\ masculin (pour une femme on dit : koñsulez)

  1. Consul.
    • [...] ; e burev Koñsul Rusia a dlee sinañ ha timbchañ va holl baperennoù, [...]. — (Jarl Priel, Va Buhez e Rusia, Al Liamm, 1955, p. 27.)
      [...] ; au bureau du Consul de Russie qui devait signer et timbrer tous mes papiers, [...].
    • Abegoù mat en doa Napoleon Bonaparte, koñsul kentañ, pa reas e soñj, e miz Gwengolo 1802, da cheñch kêr vihan Pondi (3300 annezad d’ar c’houlz-se) en ur gêr vodern a lakaas diwezhatoc’h edan e anv. — (Pondi - Napoléonville : Troiad displegiñ glad Napoleon/Pontivy - Napoléonville : Guide d’interprétation du patrimoine napoléonien.)
      En septembre 1802, ce sont des raisons précises qui incitèrent Napoléon Bonaparte, Premier Consul, à transformer la petite cité de Pontivy (3300 habitants) en une ville moderne qui portera son nom.

Dérivés[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Albert Deshayes, Dictionnaire étymologique du breton, Le Chasse-Marée, Douarnenez, 2003, page 412b