messeoir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Dérivé de seoir avec le préfixe més-.

Verbe [modifier le wikicode]

messeoir \me.swaʁ\ ou \mɛ.swaʁ\ intransitif 3e groupe, défectif (voir la conjugaison)

  1. Ne pas être convenable, ne pas être séant.
    • Le « Go a head », poussé par ses deux hélices, alla au-devant du soleil avec une vitesse d’une dizaine de mètres à la seconde. C’est la vitesse de la baleine franche au milieu des couches liquides. Et il ne messied pas de le comparer à cette géante des mers boréales, puisqu’il avait aussi la forme de cet énorme cétacé. — (Jules Verne, Robur le Conquérant)
    • Ma vie est faite et bien faite selon mes désirs et mérites. Elle est rustique, ce qui ne lui messied pas. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 11)
    • Ils préparent l’« explosion » suivante, dressant à l’avance les listes de proscription pour épurer les rangs de ceux qui ont participé à la Commune ; c’est pourquoi les autres émigrés les qualifient de purs. J’ignore s’ils acceptent ce titre, mais il en est à qui il messiérait fort. — (Friedrich Engels, Le Programme des émigrés blanquistes de la Commune, juin 1873)
    • Un peu d’embonpoint, un certain avachissement de la chair et de l’esprit, je ne sais quelle descente de la cervelle dans les fesses, ne messiéent pas à un haut fonctionnaire. — (Jules Romains, Les Copains, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 119)
    • Le travail productif messied particulièrement aux femmes respectables. — (Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir, traduction de Louis Évrard, Gallimard, 1970, collection « Tel », page 118)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]