non-belligérant

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIXe siècle) Mot composé de non et de belligérant.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin non-belligérant
\nɔ̃.bɛ.li.ʒe.ʁɑ̃\

non-belligérants
\nɔ̃.bɛ.li.ʒe.ʁɑ̃\
Féminin non-belligérante
\nɔ̃.bɛ.li.ʒe.ʁɑ̃t\
non-belligérantes
\nɔ̃.bɛ.li.ʒe.ʁɑ̃t\

non-belligérant \nɔ̃.bɛ.li.ʒe.ʁɑ̃\

  1. Qui, sans forcément être neutre, ne participe pas militairement à un conflit armé, à une guerre.
    • Pays non-belligérant au début du deuxième conflit mondial, les Etats-Unis sont entrés en guerre le 8 décembre 1941 au lendemain du raid surprise de l'aviation japonaise contre la base américaine de Pearl Harbor à Hawaii, dans l'océan Pacifique. — (Golfe d’Oman: Téhéran pointe vers Washington, lefigaro.fr, 16 juin 2019)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
non-belligérant non-belligérants
\nɔ̃.bɛ.li.ʒe.ʁɑ̃\

non-belligérant \nɔ̃.bɛ.li.ʒe.ʁɑ̃\ masculin

  1. État qui, sans forcément être neutre, ne participe pas militairement à un conflit armé, à une guerre.
    • Envisagée dans cette perspective, la Première Guerre mondiale devient, au-delà d’une lutte entre puissances impérialistes, une guerre civile des forces réactionnaires contre les mouvements ouvriers à l’intérieur de chaque pays - y compris les non-belligérants. — (Hans Ulrich Jost, Les avant-gardes réactionnaires, Editions d’en-bas, Lausanne, 1992, page 82)
    • Tandis que dans le cadre de la neutralité un Etat est tenu à s’acquitter des trois devoirs habituels d’abstention, de prévention et d’impartialité, le non-belligérant pourrait aider l’une des parties au conflit, à condition que cela ne consiste pas en une intervention militaire, et rester en dehors du conflit armé. — (Académie de droit international de La Haye, Recueil des cours 1993-V, Martinus Nijhoff publishers, 1994, page 134)
    • En effet, si d’un côté, le droit à la libre navigation des non-belligérants est réaffirmé, de l’autre, l’article 7 prévoit qu’au cas où l’un des deux signataires serait engagé dans une guerre, il pourra recruter des hommes chez son allié et y acheter du matériel de guerre, se réfugier dans ses ports et y vendre ses prises, mais que l’ennemi ne pourra en faire autant. — (Éric Schnakenbourg, Entre la guerre et la paix, Presses universitaires de Rennes, 2013, page 29)

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]