sévérité

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : sévérite

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin severitas.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
sévérité sévérités
\se.ve.ʁi.te\

sévérité \se.ve.ʁi.te\ féminin

  1. Rigidité, rigueur, absence d’indulgence.
    • Gardez-vous bien de confondre l'efficacité des peines avec l'excès de la sévérité : l'un est absolument opposé à l'autre. Tout seconde les lois modérées ; tout conspire contre les lois cruelles. — (Maximilien de Robespierre, Discours sur la peine de mort, le 30 mai 1791 au sein de l’Assemblée constituante)
    • Par la suite, il regretta sa sévérité et, non seulement il accorda des adoucissements à ces mesures, mais il octroya aux juifs quelques concessions d'ordre général. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Il m'aimait d'autant plus que ma mère simulait une certaine dureté, une sévérité rigide. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 26)
    • La priorité chez eux était la chute de rein. Le cul quoi ! Et sur ce sujet, leur sévérité était impardonnable. Ils ne supportaient pas la moindre stéatopygie. Fusse-t-elle légère. — (Laurent Leonard, Les occis-morts, vol.1 : Blanc nocturne, BoD-Books on Demand 2016, p.31)
  2. Austérité, grande régularité, absence de relâchement.
    • La sévérité de son caractère, de ses mœurs.
  3. Simplicité, dépouillement, absence de vaine recherche d’élégance et d’ornements superflus.
    • Cependant, malgré toute la sévérité de son aspect, on découvrait en Lucas de Beaumanoir quelque chose d’imposant et de noble. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Cette façade, avec son air vénérable, sa sévérité bourgeoise, dormait solennellement dans le recueillement du quartier, dans le silence de la rue que les voitures ne troublaient guère.  — (Émile Zola, La Curée, 1871)

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]