spiritualisme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1831) De spirituel avec le suffixe -isme.
Le sens 2 est né autour de 1848, la pratique ayant été inaugurée aux États-Unis par les soeurs Fox à cette époque.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
spiritualisme spiritualismes
\spi.ʁi.tɥa.lism\

spiritualisme \spi.ʁi.tɥa.lism\ masculin

  1. (Surtout au XIXe s.) Doctrine qui fait valoir les réalités spirituelles par opposition aux réalités matérielles, ou en complémentarité avec elles.
    • La lutte des intérêts matériels et des principes moraux, de l’utilité et du devoir, du matérialisme et du spiritualisme, se représente ici avec une nouvelle force, et sous un point de vue encore plus important. — (Pellegrino Rossi, Traité de droit pénal, 1829, p. 180)
    • […] les idées innées considérées comme le fond même et la partie positive de toutes nos conceptions, telle est en effet la base suffisante, complète, du spiritualisme et du rationalisme. — (Jules Simon, Introduction de : « Œuvres de Descartes », édition Charpentier à Paris, 1845)
    • Il est intéressant de constater que Parent [dans une conférence de 1848] emploie le concept de « spiritualisme », et non pas celui de religion, ni même celui de religion catholique. Ce n'est pas la religion ni même l'Église qui l'intéressent, mais la spiritualité, cette disposition intérieure qu'ont ses contemporains à croire à un au-delà. — (Éric Bédard, Les réformistes, Montréal, Boréal, 2009, p. 248.)
    • Je ne suis pas non plus du nombre de ceux qui jugent que, pour relever la religion aux yeux des peuples, et mettre en honneur le spiritualisme qu’elle professe, il est bon d’accorder indirectement à ses ministres une influence politique […] — (Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, vol. 2, 1850, p. 164)
  2. Pratique consistant à dialoguer avec des morts qui communiquent en donnant des coups sur les murs, les guéridons ou une table. Note : Allan Kardec, au milieu du XIXe siècle, a théorisé cette pratique en la renommant spiritisme[1].

Antonymes[modifier le wikicode]

Paronymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • Europe 1, Au coeur de l'histoire, http://www.europe1.fr/emissions/au-coeur-de-l-histoire/les-forces-de-lesprit-2669093.