taille de guêpe

From Wiktionnaire
Jump to navigation Jump to search

Français[edit source]

Étymologie[edit source]

Locution composée de taille et de guêpe.

Locution nominale [edit source]

Singulier Pluriel
taille de guêpe tailles de guêpe
\taj də gɛp\

taille de guêpe \tɑj.də.ɡɛp\ féminin

  1. (Figuré) (En parlant d’un homme ou d’une femme) Taille très fine.
    • La guêpe a ses raisons d’être ainsi faite, mais nous ne voyons pas ce qui peut engager les femmes à ressembler par aucun endroit à cet horrible petit animal à aiguillon. Une belle taille, c’est une inflexion légère, souple, arrondie, onduleuse, vallée charmante qui s’élève aux hanches par une pente douce ; au lieu que la taille de guêpe, orgueil ou désir incessant des femmes de Paris (et pour l’obtenir elles se soumettent aux plus cruels supplices), pour peu qu’elle soit serrée dans un corset, n’a pas l’air de se joindre aux hanches : chez les femmes à taille de guêpe, la ligne jusque-là onduleuse du corps se brise et s’interrompt tout à coup brusquement à la ceinture et forme, au lieu d’une courbure légère et gracieuse, un angle rentrant de l’effet le plus désagréable. On dirait que la partie supérieure du corps a été fichée après coup et soudée sur la partie inférieure ; et, pour la grâce et le tour, ces tailles ne ressemblent pas mal à un morceau de bois arrondi planté dans un melon. — (Anonyme, « S.A.R. la Princesse Clémentine » dans Les Belles Femmes de Paris, 1re série, 1839, page 103)
    • Avec lui, ils sont ventrus, lourds, goutteux, chargés d’un honteux embonpoint ; avec moi, minces, à taille de guêpe, et redoutables à l’ennemi. — (Jules Lermina, Histoire de la misère, ou Le prolétariat à travers les âges, Décembre-Alonnier, 1869, page 34)
    • Il y a deux mois, la tendance s’accusait, se rapprochant des modes de l’Empire, et, pour cet hiver, il y était formellement prédit l’abolition des tailles de guêpe, toutes les toilettes devant avoir la ceinture franchement remontée sous les seins. — (Octave Uzanne, La Femme et la Mode. Métamorphoses de la Parisienne de 1792 à 1892, May et Motteroz, 1892, page 240)
    • Ces femmes-là sont des pièces de collection. On les a reléguées au Musée des Antiques, avec les chevelures du bon vieux temps, les jupes longues, les tailles de guêpe et la galanterie ! — (Francis de Croisset, Nos Marionnettes, Éditions de France, 1928, page 63)
    • Des jupes très larges, très froncées, qui soulignaient les tailles fines : pour paraître plus minces encore, elles s’étranglaient dans des corcelets, pour avoir des « tailles de guêpe », disaient-elles, des tailles qu’on pourrait enserrer des deux mains. Brigitte Bardot en donnait l’exemple quand elle faisait la moue, simplement vêtue d’une guêpière de dentelle blanche. — (Michèle Perret, D’ocre et de cendres. Femmes en Algérie (1950-1962), L’Harmattan, 2012, page 63)

Traductions[edit source]