novateur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(xvie siècle) Du latin novator (« celui qui renouvelle »).[1]
(1694) « Celuy qui introduit quelque nouveauté, quelque dogme contraire aux sentimens et à la pratique de l’Eglise [catholique romaine et anglicane]. Les Novateurs sont dangereux. »[2].
(1762) Le Dictionnaire de l’Académie française, 4e édition, ajoute : « Il se dit quelquefois De ceux qui veulent innover dans quelque matière que ce soit. » avec la nuance de tentative.
(1765) Dans L’Encyclopédie est décrite et expliquée la connotation péjorative de l’époque : « Se prend presque toujours en mauvaise part, tant les hommes ont d’attachement pour les choses établies. » [3]
(2013) Le Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition, ne fait plus mention du domaine religieux. Il ajoute la description du sens de « Personne qui recherche l’innovation ».[4]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

novateur /nɔ.va.tœʁ/ masculin

  1. Personne qui introduit ou essaie d’introduire des idées nouvelles. Note : Employé seulement en matière de religion jusqu’au début du XVIIe siècle[5].
    • Poincaré à été un novateur dans de nombreux domaines des mathématiques, mais contentons-nous de souligner sa contribution en physique. Il fut l’un des fondateurs de la théorie de la relativité restreinte. Il fut en outre le grand-père de la théorie du chaos. Il fut encore le créateur de la topologie, Claude Allègre, Henri Poincaré, Dictionnaire amoureux de la science, Plon, 2005
    • Henri Bergson fut perçu, de son vivant déjà, comme un novateur qui tenait pour essentielle l’activité de l’élève en classe, rejoignant de la sorte des mouvements pédagogiques comme l’École moderne. (Jean Lombard, Bergson : création et éducation, L’Harmattan, 1997, p. 73)
    • Célestin Freinet est un homme de progrès. Il veut être un novateur : c’est le mot qu’il impose au cinéaste Jean-Paul Le Chanois quand celui-ci réalisa « l’École buissonnière ». C’est d’ailleurs par le progrès pédagogique que l’on vaincra la routine, cette liturgie de la léthargie, cette préface de la mort et de l’anéantissement de ce capital prodigieux que détient l’Enfant. (Jean Vial, dans : Actualité de la pédagogie Freinet, Presses Universitaires de Bordeaux, 2006, p. 12)
    • Il nous semble que vous n’avez jamais réfléchi au caractère de ces Athéniens que vous aurez à combattre, caractère si différent du vôtre, ou plutôt qui contraste tout à fait avec le vôtre. Les Athéniens sont novateurs, prompts à imaginer, prompts à exécuter ce qu’ils ont imaginés ; vous, vous êtes faits pour conserver ce qui est, ne rien imaginer au delà, etc. (Les Auteurs grecs, Hachette, 1877, p. 214-217)
    • Les novateurs en littérature peuvent corrompre ou perfectionner le goût ; en religion, exciter ou calmer des troubles ; en politique, sauver ou perdre une nation. C’est le temps qui juge les innovations ; et si l’innovation est vraiment utile, le mépris retombe sur les mauvais critiques qui l’ont blâmée : on les appelle des sots, et on restitue au novateur le titre d’homme de génie qu’il a mérité. (Diderot et D’Alembert, Encyclopédie, article Novateur, tome 11, page 254, 1765)
    • En France, on a dit souvent que Rossini, après avoir jeté à bas de leurs trônes Paesiello et Cimarosa, ferait lui aussi une chute retentissante. Le compositeur impatient des règles, l’audacieux novateur finirait par succomber sous le poids de ses triomphes. Je répondrai à ces assertions que les envieux prennent leurs désirs pour des réalités. (Stendhal, Vie de Rossini, 1824)
    • Auguste Comte fut un novateur. C’est une qualité toujours dangereuse à celui qui la porte. Mais qu’est-ce qu’un novateur ? […] L’interprétation de la nature est ce que je nomme connaissance de l’ordonnance générale du monde. Celui qui modifie cette connaissance est un novateur. Celui qui la modifie beaucoup est un novateur puissant. (Émile Littré, Préface d’un disciple, dans : Auguste Comte, Cours de Philosophie positive, 3e édition, Baillière, 1869).
    • C’est qu’en effet Théophraste Renaudot a été un novateur et un précurseur. Oui, sous Richelieu, [ca. 1650], il a créé en France, outre le journalisme, les bureaux de placement, les monts-de-piété, les bureaux de consultations, appelées par lui consultations charitables, et même il a tenté un essai que notre siècle devait voir se réaliser avec plus ou moins de bonheur, l’essai des Facultés libres. (Revue politique et littéraire : revue bleue, Bureau des revues, 1883, p. 760).
    • Ah ! Théophraste Renaudot, triste novateur, pâle nigaud, viens donc contempler ta pullulante progéniture ! (Victor Méric, Les compagnons de l’Escopette, 1930, p.96)
    • On ne saurait nier qu’il ne se mêlât à tout cela une certaine antipathie contre le talent et quelque chose de la routine de scolastiques gênés dans leurs vieilles thèses par d’importuns novateurs. (Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1897)
    • Un novateur en chimie, Charles Gerhardt, sa vie et son œuvre. (A. Dastre, Revue des deux mondes, 1901)
    • Chacun s’est fait à soi-même un tribunal où il s’est rendu l’arbitre de sa croyance : et encore qu’il semble que les novateurs aient voulu retenir les esprits en les renfermant dans les limites de l’Écriture sainte, comme ce n’a été qu’à condition que chaque fidèle en deviendrait l’interprète, et croirait que le Saint-Esprit lui en dicte l’explication, il n’y a point de particulier qui ne se voie autorisé par cette doctrine à adorer ses inventions, à consacrer ses erreurs, à appeler Dieu tout ce qu’il pense. (Bossuet, Oraison funèbre d’Henriette de France, 1669)
    • Quoiqu’on dise innover et innovation, on ne dit point innovateur. Novateur est le mot usité. Il y a toujours eu une infinité de Novateurs qui ont fait beaucoup de tort à la Vérité. (De la Touche, L’Art de bien parler françois, Arkstee & Merkus, 1760, p. 279)
    • La tolérance est en général la vertu de tout être faible, destiné à vivre avec des êtres qui lui ressemblent. […] Si les novateurs étaient tolérés, ou n’étaient combattus qu’avec les armes de l’Évangile, l’État ne souffrirait point de cette fermentation des esprits. (Diderot, Encyclopédie, art. Tolérance (Romilly fils), 1772)
    • Je suis novateur, parce que je tire des conséquences plus directes qu’on ne l’avait jusqu’à ce jour du principe fondamental de la morale divine. Vous qui, zélé comme moi pour le bien public, êtes animé d’un esprit de conservation, vous bornez votre tâche à empêcher les hommes de perdre de vue le principe même que je veux développer. (Claude-Henri de Saint-Simon, Nouveau christianisme, dialogues entre un conservateur et un novateur, Bossange Père, 1825, p. 10)
    • Étant à Lucques, il [Jérôme Zanchi] eut de fréquents entretiens avec Pierre Martyr […]. Séduit par les discours de ce novateur, il finit par embrasser les principes de la réforme religieuse, et, craignant d’être arrêté pour ses opinions, s’enfuit de l’Italie en 1550. (Joseph-François Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, tome 52, page 104, 1828)
    • Et que veulent ces novateurs téméraires, sinon "donner de nouveaux fondements à une institution qui ne serait plus, par là même, que l’ouvrage de l’homme " et réaliser ce que saint Cyprien ne peut assez détester, "en rendant l’Église toute humaine de divine qu’elle est ? " (S. Cyp. Ep. LII, edit. Baluz.) (Grégoire XVI, Encyclique Mirari vos, 1832)
    • Rousseau ne souhaitait pas s’exposer à une stigmatisation supplémentaire, qui l’aurait inévitablement accablé s’il avait été perçu comme un novateur radical en matière de religion. Il pouvait appuyer sans difficulté la religion de l’homme sur la figure de Jésus. (Ghislain Waterlot, La religion, la liberté, la justice : un commentaire des Lettres écrites de la montagne (1764) de J. J. Rousseau, Vrin, 2005, page 66)
    • Parlant des novateurs, il ajoute qu’il en existe plusieurs sortes : « celui qui a raison, celui qui est insignifiant, qu’on laisse tranquille, le novateur turbulent qu’il faut bien rappeler à la mesure, le novateur hérétique, de qui il importe de défendre les fidèles ». (Lydie Garreau, Louis-Joseph Lebret, précurseur de Vatican II (1897-1966), 2011)
  2. Personne qui recherche la nouveauté.[4]
    • Comme tous les novateurs, il était philonéiste, Kirton aurait dit « Innovator » et Rogers « Early Adaptors ».

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Qui introduit des idées nouvelles :

Quasi-synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Qui innove :

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin novateur
/nɔ.va.tœʁ/
novateurs
/nɔ.va.tœʁ/
Féminin novatrice
/nɔ.va.tʁis/
novatrices
/nɔ.va.tʁis/
Le musée Guggenheim, par un des architectes les plus novateurs du XXe siècle. (1)
La lampe Tizio Un design novateur. (2)

novateur /nɔ.va.tœʁ/ masculin

  1. Qui innove dans son domaine.
    • Un esprit novateur, audacieux, inventif.
    • On a cru qu’en cette mesure le Roi s’était démenti, contredit, qu’il avait pris tout à coup un sentiment novateur, révolutionnaire. (Michelet)
    • Confucius est comme l’Orient, il se rattache au passé et s’y appuie. Né à la Chine, pays de traditions et d’habitudes, comment serait-il novateur ? Il s’en garde ; et, faisant profession, en toutes choses, de restaurer l’ordre antique, il invoque sans cesse les anciens usages, […]. (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d’Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
    • L’âme aimante de la femme ainsi que le peuple accueillent avec joie le génie bienfaisant et novateur, quoique les gardiens de la tradition et de l’usage le repoussent et le calomnient : motif des Meistersinger. (Nietzsche, Richard Wagner à Bayreuth, trad. Baumgartner, 1877)
    • Il est arrivé à une proposition vraiment novatrice, une idée originale, intéressante, même fascinante, qui peut se résumer ainsi: donner à chaque femme un patronyme personnel, distinct, héréditaire. (Pierre-Yves Dionne, De mère en fille: comment faire ressortir la lignée maternelle de votre arbre généalogique, 2004)
    • Frank Lloyd Wright est considéré comme l’architecte le plus novateur du XXe siècle. Son style se révèle avec les prairie houses, des pavillons intégrés au paysage par leur horizontalité. […] On lui doit les plans de l’extraordinaire musée Guggenheim de New York, qui n’a pratiquement pas de salle d’exposition, mais est constitué d’une rampe en spirale. (Culturieuse (Blog), Frank Lloyd Wright : Architecture organique, 27 août 2013)
  2. (Qualifiant des choses) Qui tranche sur ce qui se faisait avant.
    • La lampe Tizio imaginée en 1972 par Richard Sapper pour Artemide est une petite révolution : technologiquement, c’est la deuxième lampe à source halogène a être produite en série ; esthétiquement, les lignes sont à contre-courant des standards de l’époque. Tizio s'inscrit dans un design novateur qui préfigure les années 80, graphique, strict et angulaire. (Uaredesign, LAMPE A POSER TIZIO ARTEMIDE)
    • La réhabilitation de l’office de tourisme au Corbier (Savoie) […], respecte l’esprit du tripode conçu par Jean-Paul Bouillon en 1968. Novateur et atypique, le principe structurel (une base suspendue à un trépied par des câbles) est maintenu comme le mur rideau coulissant sur le soubassement. (Au Corbier, le tripode retrouve son lustre, dans Le Moniteur des Travaux publics, n°5544, du 26 février 2010, p. 41)
    • Renaudot affirme et amplifie l’aspect novateur de sa démarche en employant un moyen qu’il maîtrise parfaitement : la presse. […]. Par l’écrit, non seulement la parole est portée au loin, mais au plus grand nombre : les interventions [du Bureau d’Adresse ] sont des « courses d’honneur, dont la science est le prix, Paris est la lice, et la France, voire tout le monde l’arbitre ». (Aurélie Prévost, « De l’oral à l’écrit : les conférences du Bureau d’Adresse de Renaudot », dans ; Stefano Simiz (éd.), La Parole publique en ville, 2011)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

  • audacieux
  • avant-gardiste
  • créateur
  • initiateur
  • innovant
  • inventeur
  • nouveau
  • pionnier
  • précurseur

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  1. Félix Gaffiot, Dictionnaire latin français, Hachette, 1934 (novator)
  2. Dictionnaire de l’Académie française, première édition, 1694 (novateur)
  3. Diderot et D’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, article Novateur, tome 11, page 254, 1765
  4. a et b Dictionnaire de l’Académie française, neuvième édition, 1992– (novateur)
  5. Jean Féraud, Dictionaire critique de la langue française, 1788 (novateur). « Long-tems on ne l’a dit qu’en matière de Religion. […] Depuis le comencement du siècle on a comencé à l’employer pour les matières profanes. »
  6. TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé (1971-1994) (dogmatiser)