ça m’en touche une sans faire bouger l’autre

    Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

    Français[modifier le wikicode]

    Étymologie[modifier le wikicode]

    (Date à préciser)
    Fait référence aux testicules en sous-entendant métaphoriquement que l’on puisse en toucher un sans que l’autre subisse un mouvement quelconque ; une est au féminin sans doute en référence au synonyme couille qui est féminin.
    Déjà utilisée dans les années 1960, l'expression a été popularisée vers 1987 par Jacques Chirac, dont le Canard enchaîné  (journal à préciser ou à vérifier) avait révélé qu’il l’utilisait. Certains pensent qu’il s’agit d’une expression de pied noir (voir ici).
    Selon la journaliste Sylvie Pierre-Brossolette, Jacques Chirac, alors Premier ministre, aurait utilisé cette locution-phrase en novembre 1987, durant la Première cohabitation, en visant les critiques émises par le président de la République François Mitterrand, lors de la préparation du sommet de Copenhague (réunion des chefs d'État et de gouvernement de la Communauté économique européenne, les 4 et 5 décembre 1987)[1].

    Locution-phrase [modifier le wikicode]

    ça m’en touche une sans faire bouger l’autre \sa mɑ̃ tu.ʃ‿yn sɑ̃ fɛʁ bu.ʒe l‿ɔtʁ\

    1. (Populaire) Variante de cela m’en touche une sans faire bouger l’autre.
      • « — Ça m'en touche une sans faire bouger l'autre, fit savoir Mohammed, au prix d'une gifle retentissante, la stricte morale musulmane interdisant aux adolescents, même âgés de dix-huit ans, le moindre écart de langage devant leurs parents ». — (René Soussan, L'Étoile des autres : chroniques errantes, Denoël, 1967, page 111)
      • Comme le dit Benincasa, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre ! — (Mario Ferrisi, Les Achélèmes de Maison-Carrée, 2008)
      • « — Ça m'en touche une sans faire bouger l'autre, répliqua Jéhovah. Va donc te terrer dans ta souricière ! ». — (Denis Lopez, Le Syndrome d'Armageddon, Mon Petit Éditeur, 2012, page 129)
      • « Je m’en moque. » Ainsi parlait Emmanuel Macron, avant sa visite au Salon de l’agriculture, quand on lui demandait s’il craignait les chahuts. Il reprenait même à son compte cette formule toute chiraquienne : « Ça m’en touche une sans faire bouger l’autre. » — (Pauline Théveniaud, Au Salon, Macron la joue cash avec les agriculteurs sur LeParisien.fr. Mis en ligne le 25 février 2018)

    Prononciation[modifier le wikicode]

    • France (Toulouse) : écouter « ça m’en touche une sans faire bouger l’autre [Prononciation ?] »

    Variantes[modifier le wikicode]

    Références[modifier le wikicode]