égoïsme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1742) Du latin ego, « je » ou « moi ».
D’après le Littré, égoïsme et égoïste ne sont ni dans Richelet ni dans Furetière ; et l’Académie ne les a qu’à partir de l’édition de 1762. Au XVIIe siècle on disait amour-propre.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
égoïsme égoïsmes
\e.gɔ.ism\

égoïsme \e.gɔ.ism\ masculin

  1. Tendance à privilégier son intérêt propre aux dépens de celui du reste du monde en général, ou d'autrui en particulier.
    • L’histoire retiendra le préjudice causé […] Elle jugera sévèrement l’égoïsme borné dont firent preuve en la circonstance les classes possédantes ou du moins ceux qui les représentaient. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • C’était enfin une de ces âpres soirées qui arrachent à notre égoïsme une plainte stérile en faveur du pauvre ou du voyageur, et nous rendent le coin du feu si voluptueux. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Cet enfant unique est d’ailleurs élevé très mal : un enfant gâté, dorloté, pourri d’égoïsme. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Elle avait déjà entendu parler de l’égoïsme sensuel des hommes, toujours à l’affût d’une aventure. — (Out-el-Kouloub, Nazira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • La psychorigidité forme un couple bien assorti avec l’égocentrisme qui peut se définir comme un rapport privilégié, voire univoque à soi, à ses préoccupations, différent de ce que l'on entend communément par égoïsme. — (Roland Coutanceau , Les Blessures de l’intimité, Odile Jacob, 2010)

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Paronymes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]