ékebergite

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : ekebergite

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1815) Nommée par Jöns Jacob Berzélius[1][2] en l’honneur du chimiste suédois Anders Gustaf Ekeberg, qui en avait fait la première description en 1807 [3] (sous le nom de natrolite), d’après des échantillons en provenance de la mine de fer de Hesselkulla en Suède. D’après Chester[4], elle aurait plutôt été nommée par Johann Nepomuk von Fuchs[5] en 1818.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
ékebergite ékebergites
\e.kə.bɛʁ.ʒit\

ékebergite \e.kə.bɛʁ.ʒit\ féminin

  1. (Minéralogie) Silicate d’aluminium et de calcium, proche de la wernérite.
    • On peut rapporter à cette sorte l’athériastite, la nuttalite, l’ékebergite, la barsowite et peut-être la gabbronite. — (Alexandre Leymerie, Cours de minéralogie (histoire naturelle), 1857)

Hyperonymes[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Variétés d’ékerbergite 

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. Jöns Jacob Berzélius, "Försök till ett rent kemiskt mineral system", in Afhandlingar i fysik, kemi och mineralogi, vol. 4, 1815, p. 1-147
  2. Thomas Thomson, "Account of the Improvements in Physical Science During the Year 1816", in Annals of Philosophy, Or, Magazine of Chemistry, Mineralogy, Mechanics, Natural History, Agriculture, and the Arts, volume IX, numéro XLIX, janvier 1817, p. 1–88 montre un résumé de la publication de Berzélius incluant "ekbergite" en p. 68
  3. Anders Gustaf Ekeberg, "Undersökning af ett natronhaltigt fossil ifrån Hesselkulla", in Afhandlingar I fysik, kemi och mineralogi, vol. 2, 1807, p. 144–153
  4. Albert Huntington Chester, A Dictionary of the Names of Minerals, John Wiley & Sons, New York, 1896, p. 82
  5. Johann Nepomuk von Fuchs, "Über die Entstehung der Porzellanerde", in Denkschriften der Königlich-Baierische Akademie der Wissenschaften zu München 1818–1820, vol. vii, 1820, p. 65–88 (1818)
  • Dictionnaire encyclopédique Quillet, Paris, 1934