épateur

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Dérivé de épater avec le suffixe -eur.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin épateur
\e.pa.tœʁ\

épateurs
\e.pa.tœʁ\
Féminin épateuse
\e.pa.tøz\
épateuses
\e.pa.tøz\

épateur \e.pa.tœʁ\ masculin

  1. (Familier) Qui fait de l’épate, qui cherche à épater.
    • Ce W.-K. Goldcock, un épateur sans vergogne, évidement, à moins d’un habile fumiste ! — (Alphonse Allais, ‘’Œuvres posthumes, année 1904’’, Robert Laffont, Paris, 1990)
    • En effet, le surréalisme, tout en étant ravagé par le pansexualisme freudien jusqu'à la provocation épateuse du bourgeois, ne fut jamais, n’est-ce pas, un haras d'étalons aux dures virilités. — (Jean Cau, Croquis de mémoire, chapitre 29: Aragon et Breton, Tzara, Artaud ; Éditions Julliard, Paris, 1985, page 171.)
    • Dites donc, tout à l'heure, je l'entendais parler ; il a l'air un peu épateur, votre petit camarade. — (Tristan Bernard, Le prince charmant, acte premier, dans le Théâtre de Tristan Bernard, tome III ; Éditions Calmann-Lévy, Paris, 1923, page 25.)

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
épateur épateurs
\e.pa.tœʁ\

épateur \e.pa.tœʁ\ masculin (pour une femme on dit : épateuse)

  1. (Familier) Celui, celle qui fait de l’épate, qui cherche à épater.
  2. Ils l’appelaient Colle d’Épate. […] parce qu’il était censé être collant et épateur. — (Henry de Montherlant, Un assassin est mon maître, Bibliothèque de la Pléiade, Romans II, page 1108.)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]