Montpellier

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom de famille) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.
(Toponyme) De l’occitan Montpelhièr[1], du latin Monspislerius (1068)[2], du latin Monspestellarius (985)[2].
  1. Albert Dauzat indique que le mot viendrait de *pestellum[2], variante de pastellum (« pastel »)[2] avec le suffixe -arium[2], plutôt que d’une dérivation de l’ancien occitan pestel (« pilon »)[2].
  2. Ernest Nègre indique plutôt une formation constituée de l’ancien occitan mont[3] avec l’adjectif ancien occitan pestel (« loquet, verrou »)[3] ou le verbe pestelar (« fermer au verrou, enfermer »)[3], et le suffixe -ier, lui-même du latin -arium[3]. Qu’il interprète « mont au verrou, qui peut être au verrou », selon lui « bien fermé [par ses murailles] »[3].

Nom de famille [modifier le wikicode]

Nom de famille
Montpellier
\Prononciation ?\

Montpellier \Prononciation ?\

  1. Nom de famille de France [Ins].

Traductions[modifier le wikicode]

Nom propre [modifier le wikicode]

Nom propre
Montpellier
\mɔ̃.pə.lje\
ou \mɔ̃.pɛ.lje\

Montpellier \mɔ̃.pə.lje\ ou \mɔ̃.pɛ.lje\ féminin,

  1. (Géographie) Commune, ville et chef-lieu de département français, situé dans le département de l’Hérault.
    • Les mignotes de Montpellier passent pour les plus jolies du Royaume, et d’aucuns prétendent même qu’elles ont donné leur nom à la ville : Mons puellarum (« Le Mont des jeunes filles »), tel serait le nom premier, primitif et latin de notre cité. — (Robert Merle, En nos vertes années, V, 1979)
    • Leurs artisans sont des militants issus du guesdisme puisque actifs dans le Parti ouvrier dès le début des années 1890, comme Élie Cathala à Maraussan, village voisin de Béziers, et Camille Reboul à Mudaison, village proche de Montpellier. — (Rémy Pech, Jaurès paysan, Privat, 2009, page 134)
    • Car Montpellier, hors la session universitaire où la nuée virevoltante des étudiants envahissait et rendait vie et bruyance, rompant avec la somnolence habituelle de ma douce et égocentrique ville, restait figée dans un train-train « pépère ». — (Michel Reynaud, Elles et eux et l’Algérie, Éditions Tirésias, 2004, page 11)
  2. (Géographie) Municipalité canadienne du Québec, située dans la MRC de Papineau.

Gentilés et adjectifs correspondants[modifier le wikicode]

(France) :
(Québec) :

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • \mɔ̃.pə.lje\
  • \mɔ̃.pɛ.lje\
    • Cette prononciation suit la prononciation occitane et aussi l’orthographe (la séquence -ell- se prononçant d'habitude -èl- en français). Elle est aussi la prononciation habituelle dans la ville de Montpellier ; c’est celle qui est utilisée dans les productions cinématographiques parisiennes des années 1960-1970. Peu à peu, l’autre prononciation a pris le dessus à Paris.
  • (Région à préciser) : écouter « Montpellier [Prononciation ?] »
  • (Région à préciser) : écouter « Montpellier [Prononciation ?] »
  • France (Saint-Maurice-de-Beynost) : écouter « Montpellier [Prononciation ?] »
  • France (Hérault) : écouter « Montpellier [Prononciation ?] »

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • Cette page utilise des renseignements venant du site habitants.fr.

Sources[modifier le wikicode]

  1. Bénédicte Boyrie-Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie des pays occitans, Éditions Sud Ouest, 2007, ISBN 978-2-87901-808-9
  2. a b c d e et f Albert Dauzat et Charles RostaingDictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, 1978, 2e édition , ISBN 2-85023-076-6
  3. a b c d et e Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, volume 2, Droz, Genève, 1991, page 1170


Bibliographie[modifier le wikicode]

  • Jacques Astor, Dictionnaire des noms de famille et de noms de lieux du midi de la France, Éditions du Beffroi, 2002