français

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Français

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) De France avec le suffixe -ais. En moyen français françois, en ancien français franceis, du latin Franciscus (« Franc, des Francs »), dérivé de Francus (« Franc »).

Nom commun [modifier]

Singulier
français
\fʁɑ̃.sɛ\

français \fʁɑ̃.sɛ\ masculin

  1. (Linguistique) Langue parlée entre autres en France, en Suisse, en Belgique, au Canada (Québec, Nouveau-Brunswick, Ontario) et dans plusieurs pays d’Afrique (Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal, etc.).
    • Il est une autre portion de la littérature du moyen-âge dans laquelle on voit aussi le français venir se placer à côté du latin, sans le déposséder entièrement: c’est tout ce qui se rapporte à la littérature didactique, soit morale, soit scientifique. — (Jean-Jacques Ampère, La Littérature française au moyen-âge, Revue des Deux Mondes, 1839, tome 19)
    • Entrez, dis-je naturellement en français ; le français, vous le savez, étant pour nous autres Polonais une langue presque maternelle. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • C’est aussi avec une valeur réduite qu’on les rencontre dans les français régionaux de l’extrême ouest (picard) et de l’extrême sud (lorrain, gaumais). — (Daniel Blampain, Le français en Belgique, 1997)
    • Le français, […], est non seulement la langue naturelle de la chasse, mais celle de l’amour et de la guerre, la langue avec laquelle on séduit les femmes et l’on défie ses ennemis. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Par ailleurs, on sait que les juifs français qui s’établirent en Italie, à la suite des proscriptions du XIVe siècle, continuèrent d’écrire en français. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • La guerre vient juste à temps ; dix ans de plus, et c’était trop tard. Dans chacun des villages que nous avons traversés jusqu’ici les enfants ne parlent plus français. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Abandonnant le latin de chat-fourré, que conservent, près de deux siècles après l’ordonnance de Villers-Cotterets, ses collègues, il parle français : la langue du métier, la langue de Molière que cite Boutaric, désormais la langue internationale. — (Christian Chêne, L’enseignement du droit français en pays de droit écrit: (1679-1793), p. 53, Droz, 1982)
  2. (Par extension) (Éducation) Éducation à cette langue, dispensée à des élèves.
    • Une prof de français passait le permis de conduire avec comme examinateur le père d'un élève qu'elle venait de faire redoubler. — (Thomas Raphaël, La vie commence à 20h10: Un rêve vaut bien quelques mensonges, éd. Flammarion, 2011, chap. 12)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin français
\fʁɑ̃.sɛ\
Féminin française
\fʁɑ̃.sɛz\
françaises
\fʁɑ̃.sɛz\

français \fʁɑ̃.sɛ\ masculin

  1. Relatif à la France, ou à ses habitants, ou à sa culture.
    • Qu’a apporté le peuple français à l’histoire mondiale? Selon moi, ce n’est pas la révolution de 1789, mais un esprit chevaleresque. — (Dai Sijie, Le Complexe de Di, Gallimard, p. 240)
  2. (Linguistique) Relatif à la langue française, au français.
    • Mais pour qu’une grammaire française soit respectée, il faut premièrement que la langue française continue à être employée et, ceux qui s’efforcent de l’empailler en conviendront, cette condition suppose l’existence d’un certain nombre de Français. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Il n'était pas indifférent que les déclarations de Rinri s'adressant à une francophone s'énoncent soit en français, soit en japonais : la langue française représentait sans doute ce territoire à la fois prestigieux et licencieux où l'on pouvait s’encanailler de sentiments inavouables. — (Amélie Nothomb, Ni d’Ève ni d’Adam, Albin Michel, Paris, 2007, p. 75)

Dérivés[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Traductions[modifier]

Adverbe [modifier]

français \fʁɑ̃.sɛ\

  1. Clairement, sans détour.
    • Ne veut-elle plus coucher avec vous ? Là, parlons français, corbleu ! est-ce ça ? — (Flaubert, 1reéduc. sent.,1845)
    • − C'est-y des tableaux vivants ?…
      − Parlez donc français − dit Madame Garabis agacée.
      — (Gyp, Souvenirs de petite fille, 1928)

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Paronymes[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]