guttural

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin gutturālis.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin guttural
\ɡy.ty.ʁal\
gutturaux
\ɡy.ty.ʁo\
Féminin gutturale
\ɡy.ty.ʁal\
gutturales
\ɡy.ty.ʁal\

guttural \ɡy.ty.ʁal\

  1. (Didactique) Qui appartient au gosier.
    • Cet os pair, insymétrique, aplati d'un côté à l'autre, et recourbé en arc d'avant en arrière, occupe la partie postérieure des fosses nasales, en circonscrit l'ouverture postérieure ou gutturale, et termine la voute osseuse du palais. (Félix Jean Jacques Rigot, Traité complet de l'anatomie des animaux domestiques, I : Syndesmologie, Paris Béchet jeune & Labbé, 1840, p.169)
    • L'empyème des poches gutturales signifie la présence de pus dans les poches gutturales. Cela est dû à la présence de bactéries dans les poches gutturales et c'est d'ailleurs souvent la conséquence d'une gourme (infection due à streptococcus equi var equi). (Anne Couroucé-Malblanc , Maladies des chevaux, France Agricole Éditions, 2010, p.88)
  2. Qui vient du gosier ; qui se prononce du fond du gosier.
    • Monsieur, dit-il d'une voix douce qui n'eut plus de convulsions gutturales comme précédemment mais qui néanmoins accusait encore un tremblement intérieur, je vais vous paraître bizarre.  (Honoré de Balzac, La Femme de trente ansch. V, Paris, 1832 ; p. 119)
    • S'accompagnant de son gimbri, il nous chante, d'une voix tantôt gutturale, tantôt nasillarde, d’interminables mélopées, que l’assistance reprend aux refrains avec des battements rythmiques des mains. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 33)
    • Quelques ordres fusèrent […]. Aboyés avec la rudesse gutturale d'un gosier poméranien, ils eurent pour effet immédiat de déloger un groupe de feldgraus agglutinés devant la flamme dansante d'un brasero. (Jean Vautrin, Les Années faribole, Robert Laffont, 2012, p.14)

Traductions[modifier]

Références[modifier]