appartenir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin appertĭnere, composé de ad- et de pertĭnere.

Verbe [modifier le wikicode]

appartenir \a.paʁ.tə.niʁ\ transitif indirect ou pronominal 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’appartenir)

  1. Être la propriété légitime de quelqu’un, que celui à qui est la chose l’ait en sa possession ou non.
    • Les biens qui appartiennent à des particuliers.
    • Il retient injustement un objet qui m’appartient.
    • La part et portion qui lui appartient dans cette succession.
    • Il m’en appartient une moitié.
    • La nue-propriété de cette maison m’appartient.
    • L’usufruit de ce domaine m’appartient.
    • Cela nous appartient de droit et en toute propriété.
    • L’homme sage et libre s’appartient. (Pronominal) (Indirect)
    • J’ai tant d’occupations que je ne m’appartiens plus. (Pronominal) (Indirect)
    • Une femme, dès qu’elle se marie, cesse de s’appartenir. (Pronominal) (Indirect)
  2. Être parent de quelqu’un ou attaché à son service.
    • Dorante.— Monsieur, vous avez sans doute reçu de nos nouvelles ; j’appartiens à monsieur Dorante qui me suit, et qui m’envoie toujours devant, vous assurer de ses respects, en attendant qu’il vous en assure lui-même. — (Marivaux, Le Jeu de l’amour et du hasard, 1730)
    • Dans les seuls évêchés de Dol, Saint-Malo et Saint-Brieuc, quatorze feudataires dont les revenus nobles propres allaient de 1500 à 40 livres monnaie appartenaient à la maison du vicomte de Rohan. — (Michel Nassiet, Parenté, noblesse et états dynastiques: XVe-XVIe siècles, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2000, page 121)
    • Il appartient à d’honnêtes parents.
    • Il appartenait aux plus grands seigneurs du royaume.
    • L’honneur que j’ai de vous appartenir.
    • Par respect pour la maison à laquelle j’appartiens.
  3. Être le droit, le privilège ou le propre, le caractère particulier de quelqu’un ou quelque chose.
    • Le droit de faire grâce appartient ordinairement au chef de l’état.
    • Les honneurs qui vous appartiennent.
    • Ces droits appartiennent à ma charge.
    • La connaissance de cette affaire appartient à tel juge.
    • Ils ont attribué à la matière ce qui n’appartient qu’à l’esprit, à l’âme.
    • La perfection n’appartient qu’à Dieu seul.
  4. (Impersonnel) Incomber.
    • Il appartient aux pères de châtier leurs enfants.
    • Il ne vous appartient pas de le reprendre.
    • Il n’appartient qu’à un prince de faire une si grosse dépense.
    • Il appartient au service à l’origine du projet de texte de verser au dossier une fiche justifiant de la nécessité de recueillir les contreseings retenus dans son projet et de préciser, le cas échéant, les raisons pour lesquelles il y aurait lieu de recueillir des contreseings autres que juridiquement nécessaires. — (Secrétariat général du gouvernement et Conseil d’État, Guide de légistique, 3e version, La Documentation française, 2017, ISBN 978-2-11-145578-8 → lire en ligne)
    • Il n’appartient qu’à peu de gens de sentir, de comprendre cela : Il n’est donné qu’à peu de gens, etc.
    • Il n’appartient qu’au génie de concevoir une telle pensée : Le génie seul est capable de concevoir une telle pensée, etc.
  5. (Ironique) Par manière de reproche.
    • Il vous appartient bien de… : Vous êtes bien hardi de…
    • Il vous appartient bien de vous plaindre, après tout ce que vous avez fait.
    • Ainsi qu’il appartiendra : (Droit) Terme de procédure, formule qui signifie « selon qu’il sera convenable ».
    • Pour être statué ce qu’il appartiendra.
    • À tous ceux qu’il appartiendra : À tous ceux qui y auront intérêt ou qui voudront en prendre connaissance.
  6. Faire partie de.
    • Le Groenland, qui a la chance d'appartenir au Danemark, est, après l'Australie, la plus grande île du monde ; son étendue correspond approximativement au quart de celle de l'Europe. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Henri s'était rapidement familiarisé avec la plupart de ces messieurs. Grâce à Tacherot, il était accepté ; il appartenait maintenant à leur monde. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 89)
    • Il avait appartenu, en qualité de porteur, à une troupe d'acrobates de cirque, puis s'était entraîné au tapis, en vue d'un numéro de « flic-flac » avec rattrape sur les épaules. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Mais, dans la société compliquée que j’habitais désormais, j’avais tôt compris que chaque saison exigeait son uniforme et qu’il y avait des styles et des modes et des mouvements et que chacun s’y pliait et que si l’on voulait « appartenir », il valait mieux porter certaines cravates et certains tissus, certaines couleurs et certaines formes. — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 148)
    • J’appartenais – comme ils disaient sur le campus. To belong : appartenir. Faire corps avec. — (Philippe Labro, L’étudiant étranger, Gallimard, 1986, page 195)
    • Un membre séparé du corps auquel il appartient.
    • On a trouvé le bras qui appartient à cette statue mutilée.
    • Cet animal, cette plante appartient à tel genre.
    • Ce soldat appartient à tel régiment.
  7. Avoir une relation nécessaire ou de convenance.
    • Cette question appartient à la philosophie.
    • Cela appartient à la matière que je traite.
    • Cela appartient à la grammaire.
    • Cela n’appartient pas à mon sujet.
  8. (Mathématiques) Être élément de
    • -2 appartient à l'ensemble Z des entiers relatifs.

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]