être

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : etre, étre

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Date à préciser) De l’ancien français estre (« être »), du latin vulgaire *essĕre, (« être »), forme remaniée par analogie du latin classique esse (« être »), ainsi que de l’ancien français ester, du latin stare (« être debout »). Ce dernier ne subsiste que dans les participes été, étant et les conjugaisons de l’imparfait de l’indicatif, ainsi que dans les expressions ester en justice ou ester en jugement.
Les langues ibéro-romanes (espagnol et portugais) sont même allées plus loin, et ont développé à partir de la forme stare, un second verbe être. La forme *essĕre a donné ser (verbe être d’« essence »), tandis que stare a donné estar (verbe être d’« état »), tout cela permettant de très subtiles nuances de pensée (qui ajoutent à la finesse de ces langues) intraduisibles en d’autres idiomes (ou alors au prix de périphrases).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

être /ɛtʁ/ intransitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Définir un état, une caractéristique du sujet. Note : Peut avoir un COI à l’aide d’un adjectif.
    • Je suis petit et barbu.
    • Est-il malade ?
    • Cet homme est président de ce pays depuis quatre ans.
    • L’eau nous est indispensable.
  2. Spécifier une localisation, une situation.
    • Nous sommes en ville.
  3. Exister.
    • Je pense, donc je suis. (René Descartes)
    • Être, ou ne pas être, c’est là la question.
      Y a-t-il plus de noblesse d’âme à subir
      la fronde et les flèches de la fortune outrageante,
      ou bien à s’armer contre une mer de douleurs
      et à l’arrêter par une révolte ?

      (William Shakespeare, Hamlet, prince de Danemark acte III, scène 1)
    • Il n’est plus, il est mort.
  4. (Impersonnel) (Soutenu) Il y a.
    • Il est des hommes que la résistance anime, il en est d’autres qu’elle décourage.
    • Il est, près de ces lieux, une retraite ignorée.
  5. (Impersonnel) Le moment de la journée.
    • — Quelle heure est-il ?
      — Il est midi.
    • Il est l’heure de partir.
    • Il est tard.
  6. Le jour de la semaine ou la date du moment.
    • — Quel jour sommes-nous ?
      — Nous sommes mardi.
    • Nous sommes le deux novembre deux mille sept.
  7. (Familier) Aller, se rendre. Note : Avec l’auxiliaire avoir.
    • Avez-vous été à Paris la semaine dernière ?
  8. Tirer son origine de.
    • — D’où est-il ?
      — Il est de Paris.
  9. (Auxiliaire) Verbe auxiliaire servant à former les temps composés de certains verbes intransitifs indiquant un mouvement ou un changement d’état et tous les verbes réflexifs.
    • Il est passé.
    • Il est tombé.
    • Il s’est trompé.
  10. (Auxiliaire) Verbe auxiliaire servant à former la forme passive.
    • Quand il sera aimé.
  11. (Construit avec sur ou dessus) S’occuper d’une affaire particulière, s’en occuper.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Note[modifier | modifier le wikicode]
  • Ce verbe est très irrégulier en forme et en usage dans beaucoup de langues.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
être êtres
/ɛtʁ/

être /ɛtʁ/ masculin

  1. Existence, c’est-à-dire le fait d’exister, au sens abstrait.
    • Quoi ! Je ne saurai point de qui j’ai reçu l’être ? (M. Le Grand, Louis XIV et le Masque de fer, acte II, scène 6 ; Limodin imprimeur de la section des Lombards, Paris, 1791, page 18)
    • Pour échapper au monisme de Parménide, Aristote eût pu faire remarquer que l’expression « L’Être est » est vide de sens, car aucune expérience vécue ne correspond à la saisie de l’être en soi : nous n’appréhendons que des « étants ». (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique : la Scolastique, 1925, éd. 1966)
  2. Organisme, créature vivante.
    • Enfin, dans tous les groupes étudiés jusqu’ici, l’individualité de chaque être se manifeste dès la première apparition du germe, dès les premiers rudimens de l’œuf, et persiste pleine et entière jusqu’à la mort. (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, Les Métamorphoses et la généagénèse, Revue des deux Mondes, 2e période, tome 3, 1856 (pp. 496-519))
    • […], jamais je n’ai chassé, car cette idée que j’aurais pu, délibérément et de sang froid, arracher la vie à un être quelconque, me semblait impossible et monstrueuse. (Octave Mirbeau, La chanson de Carmen)
    • Hélas si l’homme peut quelquefois avoir pitié des bêtes, quel être supérieur aura pitié de lui? (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
    • Je n’éprouvais plus qu’une sensation vague des objets et des êtres. Tout passait devant moi, avec des formes indécises. (Octave Mirbeau, La tête coupée)
  3. Personnalité ; âme.
    • Ah ! Deubel, qui t’es si mal suicidé, quelle attirance avaient sous terre ton corps pourri et dans mon être l’écho douloureux de tes vers ? (Francis Carco, Maman Petitdoigt, 1920)
    • Mme de Gasparin persista dans son être. Aussi bien avait-elle le choix ? Telle une force de la nature, elle était immodérable par définition. (Valérie Boissier de Gasparin avec ‎Marie Dutoit, Mon Jura...et le monde, Naville, 1930, p.XVIII)
  4. (Par extension) (Plus rare) Ce qui constitue une chose.
    • La véridicité se confirme donc quand le discours dit vrai conformément à son être, quand se présente en ressemblance la chose du discours. Elle diffère nécessairement d’un discours à l’autre. (François Bousquet, La Vérité, Éditions Beauchesne, 1983, p. 104)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Paronymes[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]