abuser de

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

 Composé de abuser.

Locution verbale [modifier le wikicode]

abuser de \a.by.ze də\ (se conjugue → voir la conjugaison de abuser)

  1. (Sens commun) User mal, autrement qu’on ne doit d’une chose.
    • — Vils coquins ! répondit le premier cavalier en cherchant à ouvrir les fontes de ses pistolets, je vous ferai pendre pour abuser de mon nom ! — (Alfred de Vigny, Cinq-Mars, chapitre XIX, 1826)
    • Il a abusé de votre bonté.
    • Il abuse des grâces que Dieu lui fait.
    • Si vous lui accordez cette liberté, il n’en abusera pas.
    • Il abuse de son temps, de son crédit, de son autorité, de sa santé.
    • On abuse des meilleures choses.
    • Vous abusez de ma patience.
    • C’est abuser de la permission.
    • Ce poète abuse de sa facilité.
  2. Utiliser à l’excès, faire un mauvais usage, en parlant de quelque chose ou de quelqu’un.
    • […], et nous avons été ensemble boire une petite goutte au débit d’à côté ; le pauvre vieux ne déteste pas ça, quoi qu’il n’en ait jamais abusé. — (Émile Thirion, La Politique au village, Fischbacher, 1896, page 133)
  3. (Sens commun) User avec excès de sa complaisance, de sa bonté.
  4. Violer.
    • – Bon sang, caporal, ces filles ne nous ont rien fait. Ce sont des paysannes sans défense, des gamines pour la plupart. La guerre, comme vous dites, c’est combattre contre d’autres soldats, pas abuser des femmes... — (Philippe Morvan, Ours, Calmann-Lévy, 2018)
  5. (XIXe siècle) En jouir sans l’avoir épousée, en parlant d’une fille.
    • C’est une fille dont il a longtemps abusé.

Synonymes[modifier le wikicode]

sens 2 : faire un mauvais usage

sens 4 : violer

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Modifier la liste d’anagrammes

Références[modifier le wikicode]