accusé

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : accuse

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(XIIIe siècle) Dérivé de accuser.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin accusé
\a.ky.ze\

accusés
\a.ky.ze\
Féminin accusée
\a.ky.ze\
accusées
\a.ky.ze\

accusé \a.ky.ze\

  1. Accentué.
    • Dans la partie supérieure de son cours, la Lanterne a une pente très accusée : de la source au village de Franchevelle (280 m.) […] on note une différence d’altitude de 170 m., ce qui donne, pour une distance de 9 km. 5, une pente moyenne de 17 m. par km. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 57)

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
accusé accusés
\a.ky.ze\

accusé \a.ky.ze\ masculin

  1. Sorte de reçu , de quittance.

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
accusé accusés
\a.ky.ze\

accusé \a.ky.ze\ masculin (pour une femme on dit : accusée)

  1. (Droit) Personne qui est mise en cause par la justice.
    • Lorsqu’un accusé qui est soumis à une ordonnance de probation est déclaré coupable d’une infraction, ou est emprisonné pour défaut de paiement d’une amende, l’ordonnance reste en vigueur sauf dans la mesure où la sentence met l’accusé dans l’impossibilité de se conformer à ce moment-là aux dispositions de l’ordonnance. — (Revue juridique Thémis, volume 8, 1973)

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Forme de verbe [modifier le wikicode]

Voir la conjugaison du verbe accuser
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
accusé

accusé \a.ky.ze\

  1. Participe passé masculin singulier de accuser.
    • Socrate, on le sait, était accusé de corrompre la jeunesse, de ne pas croire aux dieux de la cité et d’introduire de nouveaux dieux. — (Leo Strauss, Socrate et Aristophane, 1993)

Prononciation[modifier le wikicode]