alentour

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) De à, l’ et entour.

Adverbe[modifier]

Invariable
alentour
\a.lɑ̃.tuʁ\

alentour \a.lɑ̃.tuʁ\ invariable

  1. Aux environs.
    • Le fanon musculeux ballottait de droite et de gauche […] tandis que la queue vigilante voltigeait sans relâche alentour de leurs cuisses et de leurs flancs, chassant les taons assoiffés de sang et les mouches importunes. (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les fermes elles-mêmes dorment profondément. Seuls, les chats rôdent et les poules gloussent alentour. (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)
    • Dans une petite oasis voisine du rivage campaient plusieurs troupes d'Islandais qui allaient à Eyrarbakki acheter des marchandises; ils s'abritaient sous de petites tentes de vadmel, pendant que leurs chevaux paissaient alentour. (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.254)
    • Il désigna du geste les cultures d’alentour, les éléphants qu’on voyait travailler sur la colline, les bâtiments industriels. (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. III, Gallimard, 1937)
    • Une bâche de 1 000 m² qui la recouvre et un dispositif d’aspersion de gouttes d’eau contribuent à éviter les projections alentour et à limiter la diffusion des poussières. (Vincent Charbonnier, La Déconstruction inédite d’une tour lyonnaise, dans l’Usine nouvelle du 22 mars 2012, page 24)

Variantes orthographiques[modifier]

Dérivés[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
alentour alentours
\a.lɑ̃.tuʁ\

alentour \a.lɑ̃.tuʁ\ masculin

  1. (Rare) Définition manquante ou à compléter. (Ajouter) L’alentour. Note : les alentours est plus courant.
    • Là, Musa, l’œil ouvert, superbe d’indolence,
      Contemple l’alentour avec l’indifférence.
      (Gustave Mathieu, Parfums, chants et couleurs : Le Réveil de Musa, Imprimerie Louis Perrin, Lyon, 1873, page 6)

Prononciation[modifier]

Références[modifier]