alentour

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1766) Agglutination de à l’entour.

Adverbe [modifier]

Invariable
alentour
\a.lɑ̃.tuʁ\

alentour \a.lɑ̃.tuʁ\ invariable

  1. Aux environs.
    • Le fanon musculeux ballottait de droite et de gauche […] tandis que la queue vigilante voltigeait sans relâche alentour de leurs cuisses et de leurs flancs, chassant les taons assoiffés de sang et les mouches importunes. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les fermes elles-mêmes dorment profondément. Seuls, les chats rôdent et les poules gloussent alentour. — (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)
    • Dans une petite oasis voisine du rivage campaient plusieurs troupes d'Islandais qui allaient à Eyrarbakki acheter des marchandises; ils s'abritaient sous de petites tentes de vadmel, pendant que leurs chevaux paissaient alentour. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.254)
    • Il désigna du geste les cultures d’alentour, les éléphants qu’on voyait travailler sur la colline, les bâtiments industriels. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. III, Gallimard, 1937)
    • Une bâche de 1 000 m² qui la recouvre et un dispositif d’aspersion de gouttes d’eau contribuent à éviter les projections alentour et à limiter la diffusion des poussières. — (Vincent Charbonnier, La Déconstruction inédite d’une tour lyonnaise, dans l’Usine nouvelle du 22 mars 2012, page 24)

Variantes orthographiques[modifier]

Dérivés[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
alentour alentours
\a.lɑ̃.tuʁ\

alentour \a.lɑ̃.tuʁ\ masculin

  1. (Rare) Définition manquante ou à compléter. (Ajouter) L’alentour. Note : les alentours est plus courant.
    • Là, Musa, l’œil ouvert, superbe d’indolence,
      Contemple l’alentour avec l’indifférence.
      — (Gustave Mathieu, Parfums, chants et couleurs : Le Réveil de Musa, Imprimerie Louis Perrin, Lyon, 1873, page 6)

Prononciation[modifier]

Références[modifier]