analytique

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin analyticus et, pour le nom commun, du latin analytice, plus avant, du grec ancien ἀναλυτικός, analytikós (« relatif à l’analyse »).

Adjectif [modifier]

analytique \a.na.li.tik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui procède par voie d’analyse ou qui contient une analyse.
    • Méthode analytique.
    • Examen analytique.
    • Tables analytiques.
    • Résumé analytique.
    • Compte rendu analytique.
    • D'après les plus récentes recherches, la conscience humaine serait le résultat d'un processus de rétroaction entre la partie analytique du cerveau et la mémoire à très court terme. — (Pierre Cloutier, À la recherche de l'âme, dans Le Québec Sceptique, n° 35, page 38, automne 1995)
    • La chromatographie est une méthode analytique qui est largement utilisée pour la séparation, l’identification et le dosage des constituants chimiques dans des mélanges complexes. — (Douglas A. Skoog, Donald M. West, F. James Holler, Chimie analytique, 1997)

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
analytique analytiques
\Prononciation ?\

analytique \Prononciation ?\ féminin

  1. (Philosophie) Remontée à l’élémentaire par décomposition du donné brut. Chez Kant, théorie de l’entendement et de leur application aux phénomènes.
    • Analytique des principes, analytique transcendentale.
    • Quand il s'agit de la conscience, je ne puis en former la notion qu'en me reportant d'abord à cette conscience que je suis, et en particulier je ne dois pas d'abord définir les sens, mais reprendre contact avec la sensorialité que je vis de l'intérieur. Nous ne sommes pas obligés d'investir à priori le monde des conditions sans lesquelles il ne saurait être pensé, car, pour pouvoir être pensé, il doit d'abord n'être pas ignoré, exister pour moi, c'est-à-dire être donné, et l'esthétique transcendantale ne se confondrait avec l’analytique transcendantale que si j'étais un dieu qui pose le monde et non pas un homme qui s'y trouve jeté et qui, dans tous les sens du mot, « tient à lui ». — (M. Merleau-Ponty, Phénomélogie de la perception, 1945, page 254)

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]