ce que femme veut, Dieu le veut

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Ce proverbe apparaît dans "Matinées sénonoises, ou proverbes françois", 1789 [[1]]

Proverbe[modifier]

Ce que femme veut, Dieu le veut.Grandville, Cent Proverbes, 1845 [3]

ce que femme veut, Dieu le veut \sə kə fam vø djø lə vø\

  1. Les femmes finissent toujours par obtenir ce qu’elles veulent.
    • Elle n’ignorait pas quel risque elle courait en essayant de réaliser son rêve ; mais c’était un rêve de femme, et elle s’était dit en sortant de chez elle : « Ce que femme veut, Dieu le veut. » (Alfred de Musset, Le Fils du Titien, 1838, dans Œuvres complètes, Alphonse Lemerre, t. 7, 1867, p. 281)
    • — Faites que Flandrine veuille bien m’épouser.
      — Impossible, fieu ! Ce que femme veut...
      Dieu le veut, je le sais ; mais ce qu’elle ne veut point ?
      — Ce qu’elle ne veut point, le diable lui-même y perdrait ses cornes.
      (Charles Deulin, Cambrinus, 1868, chap. 1)
Note[modifier]
La première moitié de ce proverbe [1] est souvent citée seule : « Ce que femme veut... », tandis que la seconde motié peut varier de manière tantôt humoristique, tantôt sérieuse : « Mais ce que femme veut. si Dieu ne le veut pas, le diable du moins y aide. » [2]

Références[modifier]

  • « femme », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872-1877 → consulter cet ouvrage
  • [1] Sans prétendre en expliquer l’origine, Léon Bloy a fait le rapprochement entre ce proverbe et la parabole des Noces de Cana : « Qu’il te soit fait selon ton désir, dit Jésus à la Chananéenne. Ma volonté est avec ta volonté. » — Exégèse des lieux communs, Mercure de France, Paris, 1902, p. 286.
  • [2] Olympe Audouard, À travers l'Amérique, North America, États-Unis, E. Dentu, Paris, 1871, p. 235.
  • [3] Pierre-Marie Quitard commente ainsi ce dessin : « On y voit un marchand tenant un cachemire, un mari lisant la facture avec une espèce de contorsion qui signifie que madame doit renoncer au précieux tissu, et celle-ci pressant sur son sein le bras du Père Éternel, dont le geste commande la soumission au mari récalcitrant. » — Proverbes sur les femmes, l’amitié, l’amour et le mariage, Garnier frères, Paris, 1889, p. 12.