croustillance

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Dérivé de croustiller avec le suffixe -ance.
Néologisme littéraire inventé par Paul Verlaine selon Guiraud 1971.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
croustillance croustillances
\kʁus.ti.jɑ̃s\

croustillance \kʁus.ti.jɑ̃s\ féminin

  1. (Rare) Qualité de ce qui croustille.
    • Le propre du pain français est justement sa croustillance : la disparition programmée de la croûte est un pas de plus vers l’américanisation, l’innommable pain mécanique et mou, tranché sous cellophane, marqueur d’une culture fière de son indifférence aux raffinements de la table. — (Steven L. Kaplan, « Boulangers, ne laissez pas tomber le pain français ! », Le Monde.fr, 2 mai 2009)
    • L’épaisseur de la tranche du Kilichi détermine sa croustillance. — (« Arboriculture : Tout est bon dans le Moringa oleifera », L’Essor, 17 aout 2011)
    • La croustillance semble être un atout culinaire, sans doute parce que l’on oppose la perception de la croûte croustillante à la mollesse de la couche que le croustillant recouvre. — (Hervé This, Cours de gastronomie moléculaire, 2009)
    • Pour le nouveau BN souriant, lancé il y a deux ans, les ingénieurs ont accru la croustillance, en introduisant davantage d’air entre les alvéoles. — (Isabelle Doiseau, « Les objets donnent du son pour avoir une âme : “le bruit des objets” », Libération.fr, 21 janvier 1995)
    • Mais il faut la faire selon le rite consacré pour qu’elle ait cette saveur, cette croustillance que vante si volontiers André Theuriet. — (« Recettes conseils :la quiche lorraine », L’Ouest-Éclair, 6 février 1929, page 4)
  2. (Rare) (Figuré) Qualité de ce qui est croustillant, grivois ou osé.
    • On ne devrait pas mesurer la valeur des travaux de la commission par leur degré de « croustillance ». — (André Pratte, « Le degré de “croustillance” », La Presse.ca, 18 septembre 2012)
    • Jolie, l’influence sur le public, ricana notre poète ; il achète bien moins les volumes couronnés que les autres, car il les sait châtrés de toute croustillance par la main prudente de leurs auteurs. — (Gaston d’Hailly, « Chronique (Paris, 1er septembre 1890) », dans Gaston d’Hailly, A. Le Clère, Henri Litou, Les livres en 1890 : études critiques et analytiques, tome 20, juillet à décembre 1890, Paris, 1891, page 110)

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • Annik Bouroche, Michèle Le Bars, La cuisson-extrusion : vocabulaire français-anglais-allemand, avec index français-anglais-allemand-italien, Paris : Institut national de la recherche agronomique, 1996, 96 p., ISBN 2738006302.
  • Bureau de la traduction du Canada, « croustillance », TERMIUM Plus, 2014
  • Encyclopædia Universalis France, « croustillance », Dictionnaire Universalis, 2014
  • Louis Guilbert, René Lagane et Georges Niobey (directeurs), Grand Larousse de la langue française en sept volumes, tome 4 « Ind-Ny », Paris : Librairie Larousse, 1975, s.v. III.2 Néologismes littéraires.
  • Pierre Guiraud, « Néologismes littéraires », Banque des mots, numéro 1, Presses universitaires de France, 1971, page 26.
  • Synapse, « croustillance », Dictionnaires français de définitions et de synonymes, 2007 sur Reverso.net.