foudre de guerre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Voir foudre et guerre.

Locution nominale [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
foudre de guerre foudres de guerre
\fu.dʁə də ɡɛʁ\

foudre de guerre \fu.dʁə də ɡɛʁ\ masculin

  1. Personne ou chose puissante, rapide, performante, réactive.
    • Mais je vois encore ici cet autre foudre de guerre dont Fulvius reçut plusieurs coups dans la poitrine. Viens ici à la tête de l'armée, toi qui renversas le Consul Crispin. — (Seconde guerre punique, poème de Silius Italicus, corrigé & traduit par Lefebvre de Villebrune, livre 17, tome 3, Paris, 1781, p. 75)
    • Dieudonné Djonabaye n'a rien en apparence d'un foudre de guerre. Calme et débonnaire, une corpulence de bon vivant dont la lourdeur est accentuée par des difficultés à se déplacer, rien en lui ne trahit un bagarreur constamment sur la brèche. — (Thierry Perret, Le temps des journalistes : L'invention de la presse en Afrique francophone, Éditions Karthala, 2005, p. 172)
    • L'auteur cite ensuite Godefroi, qui portait un front majestueux, et qui surpassait de ses épaules tous les autres guerriers; […]; les deux Robert, qui étaient deux foudres de guerre; Arpin de Bourges, le plus beau et le plus fort des guerriers de son âge, et dont le visage était paré d'une chaste rougeur. — (« La Syriade , ou l'Expédition célèbre des princes chrétiens qui , sous la conduite de Godefroi de Bouillon , délivrèrent Jérusalem de la tyrannie des Turcs , par Pierre Angelio da Barga », dans la Bibliothèque des Croisades, partie 1 des Chroniques de France, par Mr Michaud, Paris : chez A. J. Ducollet, 1829, p. 267)
    • Comment des animaux qui tremblent devant moy !
      Je ſuis donc un foudre de guerre.
      Il n’est, je le vois bien, ſi poltron ſur la terre,
      Qui ne puiſſe trouver un plus poltron que ſoy.
      — (Jean de La Fontaine, Le Lievre & les Grenoüilles, Fables, tome 1er : livres i, ii, iii, chez Claude Barbin & Denys Thierry, 1678, p. 121)


Traductions[modifier le wikicode]