iconophile

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Siècle à préciser) Composé de icône et -phile.

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
iconophile iconophiles
\i.kɔ.nɔ.fil\

iconophile \i.kɔ.nɔ.fil\ masculin

  1. (Religion) Qui aime les images, qui adore les icônes.
    • Officiellement, le camp iconophile l'a emporté, et l'Église célèbre en l'image un « livre des illettrés » (liber idiotarum, selon une métaphore due à Saint Grégoire) investi de trois fonctions: didactique, mnémonique et dévotionnelle, […]. (François Lecercle, Rôle de l'image, dans L'Époque de la Renaissance: tome III: maturations et mutations (1400-1600), sous la direction de Eva Kushner, John Benjamins Publishing, 2011)
  2. Qui se connaît en fait d’estampes.

Dérivés[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
iconophile iconophiles
\i.kɔ.nɔ.fil\

iconophile \i.kɔ.nɔ.fil\ masculin

  1. (Religion) Personne qui aime les images, qui adore les icônes.
    • Ainsi, Constantin V, successeur de Léon III, en partant des mêmes principes christologiques que les iconophiles, arrive à des conclusions opposées aux leurs. […]. Un concile réuni par Constantin V en 754 condamne tous ceux qui fabriqueraient, posséderaient ou vénéreraient des icônes. (Carole Talon-Hugon, Une histoire personnelle et philosophique des arts : Moyen Âge et Renaissance, Presses Universitaires de France, 2014)
    • L’iconoclasme ou Querelle des Images est un mouvement hostile au culte des icônes, les images saintes, vénérées dans l’Empire romain d'Orient. Il se manifesta aux viiie et ixe siècles par des destructions massives d’iconostases et la persécution de ceux qui leur vouaient un culte, les iconophiles ou iconodules. (Wikipédia, Icononclasme)
  2. (Arts) Amateur d’images, de gravures ou d’estampes.
    • Au printemps dernier, la fantaisie, cette autre forme de l’instinct, l’invitait à buriner le cuivre, et l'année n'est pas révolue que les iconophiles avertis le rangent dans leur estime à la suite de miss Mary Cassat, de Desboutin et d'Helleu... (Gazette des beaux-arts, 1900, vol.23, p.322)
    • Il publia, en 1706, un recueil, Cent Vues de Venise, aux planches incisées avec une maestria qui lui fait le plus grand honneur et lui assure, aujourd'hui encore, l'admiration des iconophiles collectionneurs. (Octave Uzanne, Canaletto, Parkstone International, 2015)

Quasi-synonymes[modifier]

Références[modifier]