israélite

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Israélite, Israelite

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

→ voir Israélite

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
israélite israélites
\i.sʁa.e.lit\

israélite \i.sʁa.e.lit\ masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) (Religion) Relatif au royaume d’Israël (rois Saul, David et Salomon) et plus tard, au royaume de Samarie, par rapport au royaume de Judée ayant pour capitale Jérusalem.
  2. Relatif aux juifs.
    • A la même occasion je fus témoin de la réception d'une délégation de la communauté israélite de Settat. Arrivée à une distance respectueuse des tentes de Si Ahmed, elle se prosterna très bas et déposa son offrande de soieries, après quoi elle fut congédiée d'un geste hautain, sans une parole. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 136)

Synonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
israélite israélites
\i.sʁa.e.lit\

israélite \i.sʁa.e.lit\ masculin et féminin identiques

  1. Juif ; juive.
    • Il était coiffé d’un bonnet jaune, long et carré, d’une mode singulière et assignée à sa nation pour distinguer les israélites des chrétiens. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • D’après Stanislas Plater, la Pologne, en 1765, sur 20 millions d’habitants, possédait environ 8 million de catholiques romains, près de 4 millions de catholiques grecs, 3 millions de catholiques schismatiques, 2 millions de protestants, 2 millions d’israélites, près de 200.000 raskolniks ou espèces de bohémiens et de missionnaires russes, et 56 000 mahométans. (François-Vincent Raspail, De la Pologne — Pour une réforme agraire, 1839, note de bas de page)
    • Casablanca toute entière tenait alors dans l’enceinte de ses murailles. Elle comptait environ 25.000 indigènes dont un cinquième d’israélites et une colonie européenne, femmes et enfants compris, d’approximativement 500 têtes, […]. (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 15)

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Références[modifier]