morner

    Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

    Français[modifier le wikicode]

    Étymologie[modifier le wikicode]

    De morne.

    Verbe [modifier le wikicode]

    morner \mɔʁ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

    1. Garnir une lance d’une morne, petit anneau destiné à éviter qu’elle blesse.
      • Il y a la même différence qu’entre les combats à outrance et les tournois à lances mornées. — (Prosper Mérimée, Mosaïque, 1833)
      • Dans les carrousels seulement, la Chevalerie de France consentait à se grouper en escadrons, encore n’était ce que pour les évolutions de théâtre où elle mornait ses armes d’hast ; ce n’était que pour briller dans les eslais ou eslès (élans ou galops), dans les estours (coups de lance), dans les foules ou trespignées (chocs de plusieurs contre plusieurs) ; mais dans les envahies (chocs d’homme à homme), mais quand il fallait tirer sérieusement l’epée, elle était impatiente de toute hiérarchie, secouait toute entrave imposée par le grade ou par une ordonnance convenue et combinée. — (Général Étienne-Alexandre Bardin, Dictionnaire de l’armée de terre tome II, Perrotin libraire-éditeur, Paris, 1841)
    2. (Archaïsme) Émousser une arme.
    3. (Héraldique) Priver de ses armes naturelles (dents, bec, langue, griffes ; certains auteurs incluent aussi la queue), en parlant d’une créature.


    Traductions[modifier le wikicode]

    Homophones[modifier le wikicode]

    Références[modifier le wikicode]