morne

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : morné

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(adjectif) (1138) D’un ancien verbe morner « être triste », du francique *mornôn, de même origine que le gotique 𐌼𐌰𐌿𐍂𐌽𐌰𐌽, maúrnan (« être triste », « être inquiet ») (cf. anglais to mourn (« être triste ») [1].
(nom commun 1) (1640) Du créole des Antilles, altération de l’espagnol morro (« monticule »). → voir morion
(nom commun 2) (1478) De morner. → voir morné

Adjectif[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
morne mornes
/mɔʁn/

morne /mɔʁn/ masculin et féminin identiques

  1. Qui est d’une tristesse sombre, allant jusqu’à l’abattement.
    • Le malheureux Lion, languissant, triste, et morne,
      Peut à peine rugir, par l’âge estropié.
      Il attend son destin, sans faire aucunes plaintes ;
      (Jean de La Fontaine, Fables, Le Lion devenu vieux)
    • Là étaient les débris vivants des meurtrières rencontres des premiers jours : dragons, zouaves, chasseurs de Vincennes, turcos, soldats de la ligne, hussards, lanciers, tous hâves, silencieux, mornes, traînant ce qui leur restait de souffle. (Amédée Achard; Récits d’un soldat - Une Armée Prisonnière ; Une Campagne Devant Paris, 1871)
    • En de certains jours, ma pauvre petite reste morne, attentive, comme si elle attendait quelqu’un […] (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Les Comanches et les chasseurs restèrent mornes et silencieux, attendant sans bouger l’arrivée des pirates. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
    • Le curé de Melotte […] n’était plus craint. Ses foudres de carton, ses tonnerres lointains, l’évocation des bûchers infernaux, la promesse des félicités paradisiaques dans un éden, somme toute, passablement morne et fort problématique, ne faisaient plus guère frémir que quelques vieilles dévotes et les gosses de neuf à onze ans […] (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. (Figuré) Qualifie un temps obscur et couvert.
    • La fatigue, le temps morne (j’entends de la pluie dans le soir), l’ombre qui augmente ma solitude et m’agrandit malgré tous mes efforts et puis quelque chose d’autre, je ne sais quoi, m’attristent. (Henri Barbusse, L’Enfer, 1908)
  3. (Figuré) Qualifie une couleur sombre, obscure, qui n’a ni vivacité ni éclat.
    • […] rien ne resplendit plus, après minuit, que cinq ou six débits mal fréquentés dont l’éclairage ourle le trottoir d’un morne flamboiement. (Francis Carco, Images cachées, 1929)

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun 1[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
morne mornes
/mɔʁn/

morne /mɔʁn/ masculin

  1. Nom qu’on donne, dans les anciennes colonies françaises (Réunion, Antilles, etc.), à une petite montagne [2].
    • Sur le morne qui domine la rive septentrionale du goulet de la pointe Riche, nous distinguons un mât de signaux, premier indice de la civilisation européenne en ces cantons. (Voyage de Dumont d’Urville autour du Monde, raconté par lui-même)
    • Le bois-chandelle pousse à l’état sauvage […] Il croît en petits bosquets sur les pentes érodées des mornes calcaires, dans les rajets (halliers). (Doryane Kermel-Torrès; Les Huiles essentielles, in Atlas de Haïti, 1985)
    • La nuit se faisait de plus en plus sombre, la lune avait disparu, le vent mugissait sourdement dans les mornes, les pirates avaient fini, les uns après les autres, par se livrer au sommeil. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)

Nom commun 2[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
morne mornes
/mɔʁn/

morne /mɔʁn/ féminin

  1. (Vieilli) Anneau qui servait à rendre la lance inoffensive.

Forme de verbe[modifier | modifier le wikicode]

Conjugaison du verbe morner
Indicatif Présent je morne
il/elle/on morne
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je morne
qu’il/elle/on morne
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
morne

morne /mɔʁn/

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de morner.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de morner.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de morner.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de morner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de morner.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]