persuader

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1370) Du latin persuadere.

Verbe [modifier le wikicode]

persuader \pɛʁ.sɥa.de\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se persuader)

  1. Amener quelqu’un à croire ou à vouloir quelque chose.
    • Ces malfaiteurs littéraires voudraient persuader de tels hommes qu'ils n'ont pas besoin d'excuse et que leur conduite se conforme au dictamen de la nature. — (Abbé Paul Buysse, Vers la Foi catholique : L'Église de Jésus, 1926, pages 188-189)
    • Existe-t-il un type de preuves incontournables qu’il suffirait d’évoquer pour persuader de la justesse de sa position ses opposants les plus tenaces ? — (Louis Dubé, L’argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, n° 67, automne 2008, page 5)
    • Cela fait un an que l’on me promet que cela ne va pas durer toujours ; six mois que l’on me promet des traitements dont on me persuade inlassablement qu’ils doivent marcher potentiellement, mais qui, dans les faits, ne sont jamais ultra-convaincants. — (Clotilde Aubet, Un bac sous perfusion, 2018, page 78)
    • Cette publicité m’a persuadé d’acheter une voiture plus puissante. — Il m’a persuadé de la sincérité de ses intentions.
  2. Faire croire, inspirer quelque chose à quelqu’un.
    • Persuader une vérité à quelqu’un.
    • Elle avait eu l’art de lui persuader que son mari, le plus débonnaire des hommes, était un monstre de jalousie. — (Prosper Mérimée, H. B., 1850)
    • C’est, dit-on, l’abbé Gallois, conseiller de Colbert, qui réussit à persuader les deux frères à rendre visite au ministre. — (Robert Brasillach, Pierre Corneille, Troisième partie, chapitre IV, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1938, page 395)
    • Mais je vais tâcher de persuader à nos prisonniers que nous sommes décidés à payer. — (Robert Brasillach, La Conquérante, Cinquième partie, ch. ii, Librairie Plon, 1943, p. 263)
    • Les ouvriers vaincus sont persuadés que leur insuccès tient à la vilenie de quelques camarades qui n’ont pas fait tout ce qu’on avait le droit d’attendre d’eux ; de nombreuses accusations de trahison se produisent. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chapitre VII, La Morale des producteurs, 1908, page 358)
    • On peut persuader (et se persuader) d'idées douteuses ou fausses par de mauvaises raisons ou par des théories non valides, ou encore parce que l'"esprit est la dupe du coeur". — (Raymond Boudon, L'art de se persuader, Fayard, 1990)
  3. (Vieilli) Faire admettre quelque chose à quelqu’un par la persuasion.
    • Il rejetait sa faute sur celui qui lui avait persuadé de la faire. — (Académie française, in Joseph Hanse, Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne)
    • On a su persuader aux Parisiens que la haine de Wagner est le commencement de la revanche. — (Georges Servières, Richard Wagner jugé en France, 1887)
    • « Nous lui persuaderons qu’on ne peut célébrer notre mariage avant le vôtre… » — (André Gide, La porte étroite, 1909, Le Livre de Poche, page 62)
    • Toute « nouvelle recrue » à qui les Verdurin ne pouvaient pas persuader que les soirées des gens qui n’allaient pas chez eux étaient ennuyeuses comme la pluie, se voyait immédiatement exclue. — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 5)
    • Sa vanité d’apprenti coiffeur lui persuada qu’il avait le devoir d’appliquer le traitement conseillé par un professionnel. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 21)
  4. (Pronominal) Croire ; s’imaginer ; se figurer.
    • Il essaya de se persuader qu’il était à l’aise et en sécurité ; mais bientôt, l’indéfinissable inquiétude de l’animal sociable, abandonné dans la solitude, le tourmenta. — (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908, traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, 1921, page 328)
    • Des personnes âgées, par exemple, pour se persuader d'avoir eu une vie réussie, viennent à idéaliser les activités et les relations de leur passé. — (Joël Pralong, Le courage d'être soi-même, Editions des Béatitudes, 2018)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Antonymes[modifier le wikicode]

Notes[modifier le wikicode]

Si les dictionnaires usuels[1][2][3] considèrent que persuader et convaincre sont synonymes, il est pourtant habituel, notamment en philosophie et en littérature, de distinguer voire d'opposer ces deux verbes, comme le rappelle André Lalande[4] : "conviction s'oppose à persuasion comme la raison au sentiment". Il ajoute que "convaincre (par des raisons et en général au profit de la vérité)" s'oppose usuellement à "persuader (par l'imagination ou l'émotion, quelquefois au profit de l'erreur)".

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Homophones[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Interlingua[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe [modifier le wikicode]

persuader \pɛr.su.a.ˈdɛr\ (voir la conjugaison)

  1. Persuader.