philosophesse

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.
Du grec ancien φιλόσοφος, philósophos (« qui aime la sagesse »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
philosophesse philosophesses
\fi.lo.zɔ.fɛs\

philosophesse \fi.lo.zɔ.fɛs\ féminin (équivalent masculin : philosophe)

  1. (Très rare) Femme pratiquant la philosophie.
    • S’il faut dire, en parlant d’une femme, Poëte, ou Poëteſſe ; Philoſophe, ou Philoſopheſſe ; proprietaire, ou propriétaireſſe ; dépoſitaire, ou dépoſitaireſſe. — (Gilles Ménage, Observations sur la langue françoise, Claude Barbin, 1676)
    • Il faut dire cette femme est poète, est philosophe, est médecin, est auteur, est peintre ; et non poétesse, philosophesse, médecine, autrice, peintresse, etc. — (Nicolas Andry de Boisregard, 1689, cité dans Éliane Viennot« “Mme le Président” : l’Académie persiste et signe… mollement », dans Libération, 23 octobre 2014 [texte intégral])
    • Une vieille nommée madame de Laid-Harnois voulut faire la philosophesse discrette [...]. — (Bibliothèque bibliophilo-facétieuse : chansons historiques et satiriques sur la Cour de France, Frères Gébéodé, 1854, p. 7.)
    • Et j’appris que Mlle Melliflue (qui probablement, en vraie philosophesse, ne faisait aucune différence entre deux hommes) regardait d’un même oeil complaisant un jeune freluquet qui fréquentait la maison et le sieur Chrysostome, poussant ce dernier à mettre dans le même sac le freluquet, sa Melliflue, vous, moi et tout le genre humain – et certes à bon droit. — (Ippolito Nievo, Anti-aphrodisiaque pour l’amour platonique, 1851 (première parution 1956) ; traduit de l’italien par Muriel Gallot, 1986, p. 148)
    • Parmi les tentatives de féminisation non-retenues par l’usage, mentionnons une philosophesse dans la Néologie de L.-S. Mercier (1801). — (Christine Planté, « La désignation des femmes écrivains », dans Langages de la Révolution, 1770-1815, Klincksieck, 1995, p. 411.)
    • Aux XVIIe siècle et XVIIIe siècles, philosophesse a été vigoureusement attaqué pour une raison esthétique : on y entend le mot fesse. — (Michaël Lessard et Suzanne Zaccour, « Petit guide de féminisation ostentatoire », revuelespritlibre.org, 7 mars 2017.)

Traductions[modifier le wikicode]