pléonasme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : pleonasme

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1610) Du latin pleonasmus issu du grec ancien πλεονασμός, pleonasmós (« surabondance, excès »).

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
pléonasme pléonasmes
\ple.ɔ.nasm\

pléonasme \ple.ɔ.nasm\ masculin

  1. (Rhétorique) Figure de style par laquelle on redouble une expression pour la renforcer.
    • Ces mots font pléonasme.
    • Les expressions : « Je l’ai vu de mes yeux, entendu de mes oreilles » sont des pléonasmes admis et fort usités.
    • Quand le pléonasme n’ajoute rien à la force ou à la grâce du discours, il est vicieux.
    • Ces quatre sources sont 1° le besoin ; 2° le pléonasme ; 3° la métathèse ; 4° l’énallage. Parmi les figures de pensées, au nombre de dix-huit, il [Phœbammon] en distingue deux nées du besoin : l’aposiopèse et l’épitrochasmos ; six nées du pléonasme : la prodiorthose, l’épidiorthose, la procatalepse, la paralipse, la diotypose, l’épimone ; six nées de la métathèse : la prosopopée, l’éthopée, la figure appelée μιϰτόν, parce qu’elle tient de l’une et de l’autre, l’interrogation appelée έρώτησις, l’interrogation appelée πεύσις, et la prétérition ; quatre nées de l’énallage : l’ironie, la dubitation, l’allusion satirique, l’apostrophe. Parmi les figures de mots, il en reconnaît trois nées du besoin : l’asyndeton, la figure appelée ὰπὸ ϰοινοῦ, et l’ellipse ; onze nées du pléonasme : la tautologie, la répétition, l’épanophore, l’épanadose, l’épanalepse, la périphrase, l’épiphrase, la paranomase, l’épexégèse, l’épimone, l’épitase ; trois tirées de la métathèse : l’hyperbate, l’anastrophe, la prolepse ; une née de la cause, la proepitaxis ; et huit de l’énallage : le changement de genre, le changement de nombre, le changement de cas, le changement de forme, le changement de temps, le changement de personne, l’apostrophe de la personne, l’antistrophe. (Étienne Gros, Étude sur l’état de la rhétorique chez les Grecs, Typographie de Firmin Didot Frères, Paris, 1835)
    • Et convenir enfin que l’expression « XVIIIe siècle français » est un pléonasme : le XVIIIe siècle est français par définition. (Philippe Sollers, Éloge de l’infini, Gallimard, p. 439)
  2. Redondance vicieuse de paroles.
    • […] pas de nuances, pas de différences de qualité, pas de progression ou d’accroissement du bon sens, et parler d’un « gros » bon sens est une expression vide de sens, ou un pléonasme : le bon sens est le bon sens, qui est ce qu’il est, et jamais plus ou moins gros. (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • « Monter en haut », « descendre en bas » sont considérés comme des pléonasmes. (Pourtant quand « en haut » ou « en bas » jouent un rôle de comparatif, la redondance est nécessaire : Tu t’es arrêtée au refuge, ou tu es montée en haut ?)
    • « Hurler fort » ; « postulat de départ » sont des pléonasmes.

Dérivés[modifier]

Synonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Hyperonymes[modifier]

Hyponymes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Anagrammes[modifier]