quiétisme

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin quietus (« paisible, qui jouit du repos, qui ne s’inquiète pas ») et du suffixe -isme.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
quiétisme quiétismes
\kje.tism\

quiétisme \kje.tism\ masculin

  1. (Catholicisme) Doctrine d’apparence mystique, élaborée par Miguel de Molinos, au XVIIe siècle, et représentée en France par Fénelon. Elle vise la perfection chrétienne à travers un état de quiétude passive et confiante de l’âme.
    • Le quiétisme, tant accusé d’obscurité, n’avait été que trop clair. Il érigeait en système et posait avec franchise comme suprême perfection l’état d'immobilité et d’impuissance où l’âme parvient à la longue quand elle abdique son activité.
      N’était-ce pas simplicité que de formuler si bien cette doctrine d’assoupissement, de donner à grand bruit une théorie de sommeil?
      — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, ch. XI, 2e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.170)
  2. (XXe siècle) (Par analogie) (Par extension) Attitude politique ou religieuse qui pourrait rappeler le quiétisme de Molinos par le refus d’intervenir dans les affaires publiques.
    • […], ils formulèrent la proposition suivant laquelle l’obéissance au souverain, bon ou mauvais, était préférable à la fitna (anarchie, désordre). Ce qui équivalait à la consécration formelle du quiétisme politique de l’islam. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.93)

Synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]