surnaturel

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1552) De sur- et naturel. (1375) supernaturel.

Adjectif [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin surnaturel
\syʁ.na.ty.ʁɛl\
surnaturels
\syʁ.na.ty.ʁɛl\
Féminin surnaturelle
\syʁ.na.ty.ʁɛl\
surnaturelles
\syʁ.na.ty.ʁɛl\

surnaturel \syʁ.na.ty.ʁɛl\

  1. Qui est au-dessus des possibilités de la nature.
  2. Que l'on ne peut expliquer à partir des lois de la nature ; contraire à la raison.
    • Le fantastique, c’est l’hésitation éprouvée par un être qui ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturel. — (Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, 1970.)
    • Ces quelques mots m’effrayèrent : ou la vision : était réelle, ou elle était fausse ; si la vision était réelle, j’étais sous le poids d’un fait surnaturel ; si la vision était fausse, si je croyais voir une chose, qui n’existait pas, comme l’avait dit mon domestique, je devenais fou. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes - Le Chat, l’huissier et le squelette, 1849)
  3. (Par hyperbole) Extraordinaire.
    • Profitant de l’absence des sauvages qui s’étaient mis à leur poursuite, je me mis à courir de toutes mes forces en suivant le sentier; à quelques pas en avant, je trouvai le corps de William Parker étendu en travers du chemin, son fusil à côté de lui; je m’emparai de cette arme et continuai ma retraite en courant avec une vitesse surnaturelle. — (Peter Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
  4. (Par hyperbole) Qui semble trop intense pour être naturel.
    • […], le soleil couchant reparaît un instant, sanglant, embrasant le camp entier d'une lueur surnaturelle. Les tentes semblent flamber, toutes rouges entre la plaine d'un vert invraisemblable et les nuages violacés, et le Djebel Akhdar, méritant bien son nom en ce moment, est encadré d'un superbe arc-en-ciel. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 154)
  5. (Religion) Qui relève de Dieu, d'une puissance divine.
  6. (Religion) (Théologie) Qui dépasse la nature d'un être.
    • Est surnaturel ce qui, procédant d'une condescendance gratuite de DIeu, élève la créature intelligente à un état qui ne saurait être l'état de nature d'aucun être créé, à un état qui ne saurait être ni réalisé, ni mérité, ni même conçu expressément par aucune force naturelle. — (Maurice Blondel, dans André Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie)
    • Dans le langage ordinaire de l'Église et dans le langage français du XVIIe siècle, la nature d'un être, ce sont tous les éléments constitutifs auxquels il a droit, en vertu de l'espèce à laquelle il appartient. [...] La surnature, au contraire, c'est comme le mot l'indique, ce qui est au-dessus de la nature d'un être [...] Après notre mort, notre fin aurait été de connaître Dieu et de l'aimer ; mais d'une manière analogue à la connaissance et à l'amour que nous pouvons avoir de Dieu sur la terre, d'après nos forces naturelles. Nous ne l'aurions pas vu face à face, directement, comme la foi nous apprend que nous le verrons au Ciel. Pour atteindre cette fin, nous aurions eu droit à des secours proportionnés, c'est-à-dire à des secours de l'ordre naturel ; mais nous n'aurions pas eu la grâce, secours surnaturel. — (Jules Pasquier, Le Jansénisme, 2016.)
    • Si on soumet tout à la raison, notre religion n'aura rien de mystérieux et de surnaturel. — (Blaise Pascal, Pensées, fragment 162 de l'éd. M. Le Guern.)

Quasi-synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

surnaturel \syʁ.na.ty.ʁɛl\ masculin singulier

  1. (Religion) Ce qui dépasse la nature ou la nature d'un être, des hommes. Ce qui relève des pouvoirs de Dieu. La grâce.
  2. (Religion) Ce qui ne peut appartient au sacré, au religieux.
    • Les répliques face au surnaturel trouvent tout autant leur exacte mesure que les discours galants adressés aux paysannes ou les provisions d’hypocrisie que Don Juan tient à la disposition d’Elvire et de Don Louis. — (Mourad François-Marie, « Mesure et démesure dans Dom Juan de Molière », L'information littéraire, 2007/1 (Vol. 59), page 27-29.)
  3. Ce qui défie la raison, est mystérieux, fantastique.
    • J’avoue que tout lecteur profane qui n’aurait jamais entendu parler des phénomènes de hantise pourrait attribuer les descriptions précedentes à des cerveaux de fous ou d’hallucinés. Cependant ces faits sont réels. L’idée du surnaturel domine, évidemment, dans toute cette famille et son entourage. Pour nous, une appréciation purement scientifique s’impose. — (Camille Flammarion, Les Maisons hantées, 1923, éd. 1989, ISBN 2277219851)

Quasi-synonymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]