coffre-fort

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

→ voir coffre et fort

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
coffre-fort coffres-forts
/kɔ.fʁə.fɔːʁ/

coffre-fort masculin

  1. Coffre de métal, généralement en forme d’armoire, destiné à serrer de l’argent et les objets précieux, et construit de telle façon qu’il soit à l’abri du feu et des voleurs.
    • Vous contentez-vous de protéger vos coffres-forts? Voulez-vous laisser à la merci des ennemis de l'humanité votre liberté, votre patrie, vos fortunes même? (Maximilien Robespierre, Sur le parti de prendre à l'égard de Louis XVI -novembre 1792)
    • Oui, nous nous avouons les ennemis de l'ordre, de cet ordre qui ne profite qu'à ceux qui, à force d’exploitation et de roueries, sont parvenus à empiler des millions dans leur coffre-fort. (Virginie Barbet, dans le journal Égalité du 13 mars 1869 ; cité dans L'Internationale, de Oscar Testut, 1871)
    • Les uns se prennent à espérer, d'autres à redouter que le nouveau ministre du Commerce ne réalise quelqu'une de ces réformes sociales dont la seule perspective fait trembler les satisfaits se mirant dans leurs coffres-forts. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Le coffre-fort ne veut pas être brutalisé, violenté ; il faut user de douceur avec lui, le caresser longuement. Une pince-monseigneur, un chalumeau ? Allons donc. Un petit air de flûte. Le charme opère. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.187)

Méronymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]