Discussion:comment allez-vous

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Autres discussions concernant ce mot[modifier le wikicode]

quo vadis[modifier le wikicode]

Maintenant je sais ce que veut vraiment dire "quo vadis". — message non signé de 61.68.148.66 (d · c) du 7 août 2010 à 12:48

Bonjour. Hum en effet l'étym est fort surprenante et doit être, à l'évidence, "sourcée". Sur Wikipédia, l'étymologie viendrait de la Cour de France au XVIe et XVIIe siècle (aussi avec  Référence nécessaire…) Merci pour votre remarque. Stephane8888 7 août 2010 à 16:14 (UTC)[répondre]
A PROPOS de l'étymologie : « Cette expression provient d’une ancienne coutume romaine qui avait pour but de demander « Comment allez-vous à la selle ? » car on considérait qu’aller régulièrement à la selle était un signe de bonne santé. La fin de la phrase s'est perdue et il n’en est resté que le début. »
J'ai déja ouï cette étymologie, il y a bien longtemps, sur une radio (et ce n'est pas Bouvard sur RTL, je n'écoute que France Inter ou France Culture), qui m'avait bien surpris. Peut-être y-a-t'il du vrai. L'émission plaçait cette expression au XVIIe siècle où l'auscultation des urines et des fèces permettait de connaitre l'état de santé d'un malade. En clair, « comment allez-vous » voulait bien dire « Comment est votre merde ». Et j'avoue que sur la base de cette étymologie, par plaisanterie, il m'arrive de répondre « Je ne sais pas , je ne suis pas allé depuis ce matin » ou pire de détailler la consistance , la couleur de l'odeur de ma merde. J'espère donc que cette étymologie est juste, sinon je serais ridicule. Mais je n'ai pas de références. François GOGLINS 7 août 2010 à 16:56 (UTC).[répondre]
C'est Chrisaix qui a ajouté cette étym, qu'on trouve non référencée sur Wikipédia. Je ne me prononcerais pas. Mais à défaut d'une référence, j'ai apposé le modèle {{réf?}}. Stephane8888 7 août 2010 à 17:07 (UTC)[répondre]
Le Prince vient d'enlever l'étymologie en question raison : « n'importe quoi ». --Pjacquot 7 août 2010 à 17:17 (UTC)[répondre]
En effet… Pour moi, ce style d’étymologie est à placer au même niveau de celles qui « expliquent » que coûter la peau des couilles serait une déformation de coûter l’appeau d’Hécouille ou que remède de bonne femme remonterait, en fait, à remède de bonne fame
L’explication est beaucoup plus prosaïque : c’est un gallicisme, une construction propre au français. En nostre bel language, on ne dit pas *comment êtes-vous, mais comment allez-vous, voilà tout. Inutile d’aller chercher des explications excrémento-scatologiques pour si peu… J’ai donc retiré cette « géniale » étymologie, faute de sources (qui ne viendront jamais de toute manière…) et pour faire bonne mesure, je l’ai viré de l’article de Wikipédia.
--Actarus (Prince d'Euphor) 7 août 2010 à 17:28 (UTC)[répondre]
Le DAF4 indique: « ALLER, signifie quelquefois, Faire ses nécessités naturelles: Et c'est dans ce sens qu'on dit, Le remède qu'il a pris, l'a fait aller cinq ou six fois. » : On se rapproche. François GOGLINS 7 août 2010 à 18:00 (UTC).[répondre]
Au contraire. Cela me renforce dans mon idée que proposer ce sens restreint (et désuet aujourd’hui) pour expliquer comment allez-vous est bel et bien une plaisanterie, pour ne pas dire une blague de potache… Sourire. Les gens devaient probablement plaisanter au XVIIe siècle en jouant sur les deux sens, et ceci explique peut-être que certains, aujourd’hui, prennent cette explication au premier degré... --Actarus (Prince d'Euphor) 7 août 2010 à 18:18 (UTC)[répondre]

« Les gens devaient probablement plaisanter au XVIIe siècle en jouant sur les deux sens, » je pense surtout que c'était une façon polie, elliptique pour demander la chose sans le demander explicitement. Stephane8888 7 août 2010 à 18:36 (UTC)[répondre]

Une langue se forme aussi à partir de blagues et de jeux de mots, il n'y a pas que les barbarismes pour la faire évoluer. Et c'est toujours une langue, et ce sont toujours des mots de cette langue. François GOGLINS 7 août 2010 à 19:41 (UTC).[répondre]
Je ne comprends pas bien le sens de cette dernière remarque (nous ne discutons pas pour la suppression ou la conservation d’un mot) et n’en vois pas le rapport avec le sujet de notre discussion, savoir si comment allez-vous est (et doit se comprendre uniquement comme) un raccourci de : « comment allez-vous à la selle, chère madame, ou cher monsieur »...
Il est pour moi bien évident que la réponse est non, mais, certains sont prêts à le croire sur la base d’un racontar, d’une légende urbaine colportée par quelques plaisantins sans doute depuis pas mal de temps, en se fondant sur le sens restreint et familier que pouvait prendre le verbe aller dans la France des XVIIe-XVIIIe siècles...
Le DAF4, précédemment évoqué, écrit, en toutes lettres :
« ALLER, se dit aussi pour marquer l'état bon ou mauvais de certaines choses. Comment va votre santé? Comment vous en va? Tout va bien. Ses affaires vont bien, vont mal, ne vont pas trop bien. » — (op. cit.)
On le voit : rien de fécal, là-dedans et c’est bien la preuve que dire « comment allez-vous ? » n’a jamais consisté à s’enquérir de la bonne ou mauvaise allure ou consistance des fèces de son interlocteur/-trice…
Et le sujet s'arrête là en ce qui me concerne.
--Actarus (Prince d'Euphor) 7 août 2010 à 20:17 (UTC)[répondre]
Avec le DAF4, nous sommes au XVIIIe siècle, si l'étymologie vient de XVIe et XVIIe siècles, il est normal que les 2 sens fussent déjà séparés. s'il s'agit d'une légende urbaine, il sera plus facile d'en retrouver la trace au XXe siècle. Recherches à poursuivre dans les 2 périodes. François GOGLINS 7 août 2010 à 20:56 (UTC).[répondre]

Sans référence cela ne me gène pas qu'on supprime, mais des références il y en a puisqu'il y a trace de cette hypothèse et c'est pourquoi j'avais mis  Référence nécessaire. Reste à équilibrer avec l'autre hypothèse défendue par une autre référence. Stephane8888 8 août 2010 à 07:20 (UTC)[répondre]

On trouve une utilisation sérieuse scato :
« Je lui demande : « Comment allez-vous ? » Elle répond immédiatement : « J'ai des coliques. Il faut que je sorte. » » — (Edgar Bérillon, Revue de l'hypnotisme expérimental & thérapeutique, 1888) Clin d’œil --✍ Béotien lambda 3 mai 2011 à 14:43 (UTC)[répondre]