Reconstruction:indo-européen commun/*nókʷts

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Indo-européen commun[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Nom-racine de flexion acrostatique reconstruit par Schindler[1] et Griepentrog[2]. Déverbal avec assimilation ( > ) et élargissement -t- d’un verbe *negʷ-, continué seulement par le hittite neku-zi « il s’obscurcit, la nuit tombe ». En s’appuyant sur le grec ancien -nukh- (-νυχ-) « la nuit, au soir » et le hittite, certains[3] reconstruisent plutôt une consonne labio-vélarisée aspirée -*gʷʰ-. Kloekhorst en fait la synthèse en avançant un radical verbal *negʷʰ- et un déverbal *nogʷʰ-t-s, *negʷʰ-t-s, devenu ensuite *nokʷts, *nekʷts dans les langues qui ont connu une réinterprétation de l’opposition fortis / lenis en sourd / sonore[4].
Quant à la flexion du thème en -t, du type sanskrit stú-t- « louange », (bhāra-)bhṛ́-t- « porteur de fardeau », la forme attendue du génitif singulier serait *nkʷ-t-és ou -ós[5]. Par ailleurs, Kroonen rapproche le -t du suffixe -ot- dans *leuk-ot- « lumière », d’où l’allemand Licht et le hittite lukkatt « aube, demain matin »[6].

Nom commun [modifier le wikicode]

Cas Singulier Duel Pluriel
Nominatif *nókʷts *nókʷth₁e *nókʷtes
Vocatif *nókʷt *nókʷth₁e *nókʷtes
Accusatif *nókʷtm̥ *nókʷth₁e *nókʷtn̥s
Génitif *nékʷts ? *nékʷtoHom
Datif *nékʷtei ? *nékʷtm̥os
Ablatif *nékʷts ? *nékʷtm̥os
Locatif *nékʷt(i) ? *nékʷtsu
Instrumental *nékʷt(e)h₁ ? *nékʷtbʰi

*nókʷts féminin

  1. Nuit.

Composés[modifier le wikicode]

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • Robert S. P. Beekes, art. « νύξ, νυκτός », in Etymological Dictionary of Greek, t. 2, Brill, Leyde, 2009, p. 1027
  • Dagmar S. Wodtko, Britta Irslinger et Carolin Schneider (dir.), art. « 1. *neg- », in Nomina im indogermanischen Lexikon (NIL), Unversitätsverlag Winter, Heidelberg, 2008, p. 504–514

Notes[modifier le wikicode]

  1. Jochem Schindler, « Zu hethitischen nekuz », Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung auf dem Gebiete der indogermanischen Sprachen, nº 81, 1967, p. 290–303 ; « L’apophonie des noms-racines indo-européens », BSL, nº 67, 1972, p. 32 ; « L’apophonie des thèmes indo-européens en -r/n », BSL, nº 70, 1975, p. 4–5.
  2. Wolfgang Griepentrog, Die Wurzelnomina des Germanischen und ihre Vorgeschichte, Institut für Sprachwissenschaft der Universität Innsbruck, Innsbruck, 1995, p. 476–478, note 35.
  3. Murray Barnson Emeneau, Language, t. 34, nº 3, 1958, p. 415 ; Michel Lejeune, Traité de phonétique grecque, 2e éd., rev. et corr., Klincksieck, Paris, 1955, p. 35, note 1 ; Helmut Rix, « Oskisch brateis bratom, lateinisch grates », in Anusantatyai : Festschrift für Johanna Narten zum 70. Geburtstag, s. la dir. d’A. Hintze et E. Tichy, Röll, Dettelbach, 2000, p. 213–214, note 28.
  4. Alwin Kloekhorst, Etymological Dictionary of the Hittite Inherited Lexicon, Brill, Leyde, 2008, p. 602
  5. Fedrik Otto Lindeman, « Hittite nekuz mehur », in o-o-pe-ro-si : Festschrift für Ernst Risch zum 75. Geburtstag, s. la dir. d’Annemarie Etter, de Gruyter, Berlin–New York–Amsterdam, 1986, p. 146–148
  6. Guus Kroonen, Etymological Dictionary of Proto-Germanic, Brill, Leyde, 2013, p. 381