Stura

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : stura

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l’italien Stura.

Nom propre [modifier le wikicode]

Stura \Prononciation ?\ féminin singulier

Le sud de l’empire français.Le département de la Stura est situé au nord des Alpes-Maritimes.
  1. (Géographie) Affluent du .
    • La Stura di Lanzo est une rivière du Piémont, affluent de gauche du Pô. — (Stura di Lanzo sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg)
  2. (Géographie) Affluent du Tanaro.
    • La Stura di Demonte est une rivière de la province de Coni. — (Stura di Demonte sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg)
  3. (Histoire) Ancien département français d’Italie ayant existé de 1802 à 1814 et dont le chef-lieu était Coni.

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Italien[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin Stura.

Nom propre [modifier le wikicode]

Stura \Prononciation ?\ féminin singulier

  1. (Géographie) Stura.

Latin[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Probablement apparenté à Strymo (« fleuve de la Thrace »), à stream (« courant, torrent ») en anglais ; voir ῥέω, rhéô (« couler »).

Nom propre [modifier le wikicode]

Cas Singulier
Nominatif Stură
Vocatif Stură
Accusatif Sturăm
Génitif Sturae
Datif Sturae
Ablatif Sturā

Stura \Prononciation ?\ féminin singulier

  1. (Géographie) Stura.
    • CCC p. a fonte addens meatu duo de LXXXX nec amnes tantum Appenninos Alpinosque navigabiles capiens, sed lacus quoque inmensos in eum sese exonerantes, omni numero XXX flumina in mare Hadriaticum defert, celeberrima ex iis Appennini latere Iactum, Tanarum, Trebiam Placentinum, Tarum, Inciam, Gabellum, Scultennam, Rhenum, Alpium vero Sturam, Orgum, Durias duas, Sesitem, Ticinum, Lambrum, Adduam, Ollium, Mincium. — (Pline, Naturalis Historia, III, 118)
      Il a 388.000 pas de sa source à son embouchure, y compris 88.000 pour les sinuosités. Non seulement il reçoit des rivières navigables descendant des Apennins et des Alpes, mais encore il sert d'écoulement à des lacs immenses. Le nombre des rivières qu'il mène à la mer Adriatique est de trente en tout ; les plus célèbres sont, venant des Apennins, le Tanare, la Trébie, qui traverse le Placentin, le Tarus, l'Incia, le Gabellus, la Scultenna, le Rhénus; venant des Alpes, la Stura, l'Orgo, les deux Duria, le Sessitès, le Tésin, le Lambrus, l'Adda, l'Oglio, le Mincio.

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]