alacrité

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(1495) Emprunté au latin alacritas (« ardeur »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
alacrité alacrités
\a.la.kʁi.te\

alacrité \a.la.kʁi.te\ féminin

  1. (Soutenu) Allégresse, enjouement, entrain.
    • Il était invraisemblable, incroyable, que des Allemands eussent passé là sans qu’on eût entendu la moindre fusillade — d’un autre côté, la tranquillité presque paysanne de ces promeneurs en cet instant n’était pas rassurante outre mesure : à voir la façon dont l’homme de tout à l’heure s’était « replié », le lieutenant G. trouvait que les silhouettes bonasses manquaient tout à coup un peu trop d’alacrité. — (Julien Gracq, Récit, in Manuscrits de guerre, vers 1941-1942, page 213)
    • Son esprit restait étincelant. Son intelligence n’avait rien perdu de son alacrité. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires : (I) Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • […] l’alacrité cruelle d’un chat sauvage, si fréquente dans ces physionomies féodales. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 101)
    • J’essaie, avec mes rudiments de russe, de lire Eugène Onéguine, et pense aussitôt à Mozart : mélancolie et gaieté, alacrité, légèreté, élégance. — (Philippe Jaccottet, Carnets 1968–1979, Pléiade, page 647)
    • Je ne crois pas qu’il y ait un seul habitant de ces parages, homme ou femme, qui ne soit redevable au vent, galerne ou suroît, de cette alacrité physique et morale qu’on appelle startijenn. — (Pierre-Jakez Hélias, Le Cheval d’orgueil, 1975)
    • Son mariage, l’unique personne du Donjon Rouge qui n’eût pas l’air d'y voir une source inépuisable d’alacrité, c’était dame sa propre femme. — (George R. R. Martin, Le Trône de fer 7 : L’Épée de feu, 2000 ; traduit de l’anglais par Jean Sola, 2002)
    • Les portes de la voiture avaient claqué sur les aboiements de Lola, la chienne qui frétillait aux pieds du maître, bridée par lui, empêchée de flairer et de fêter les étrangers, comme elle aimait à le faire, accorte, la gueule fendue d’un sourire rose et blanc, saisie d’une irrépressible alacrité dès lors qu’un véhicule daignait s’arrêter dans la cour et y déverser sa précieuse cargaison.— (Marie-Hélène Lafon, L’Annonce, 2009)
    • […] il éprouvait la finesse de ses sens, leur docile alacrité. — (Maurice Genevoix, Raboliot, 1925, chapitre 2, page 38 de l’édition du Livre de Poche)

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]