bébelle

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Déformation possible du mot babiole. En fait, ce dernier mot remonte à l'ancien français, i.e. baubel(ou babel), comme le relève Frédéric Godefroy dans son Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle[1], et aurait persisté sous des formes très rapprochées dans certains dialectes pratiqués par les colons de la Nouvelle-France originaires des régions où se parlaient ces dialectes. Les cas les plus convaincants sont les mots bebelle, désignant tout objet qui semble beau à un petit enfant en vieil orléanais, et beubelez (singulier: bœbèl), qui signifiait "petits objets de fantaisie, petits bijoux de peu de valeur" en ancien normand[2].

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
bébelle bébelles
\be.bɛl\

bébelle \be.bɛl\ féminin

  1. (Québec) (Louisiane) (Familier) Jouet.
    • On se levait tôt la fin de semaine pour regarder des comiques qui servaient à vendre des bébelles : Musclor et Skeletor, les Transformers, les G.I. Joe pis les gros lutteurs en caoutchouc de la WWF. — (Samuel Archibald, Le sel de la terre, éditions Atelier 10, Montréal, 2013, page 48)
    • Un vrai enfant qui joue avec ses bébelles !
    • Père Noël, Père Noël,
      Apporte-moé des bébelles!
      — (paroles populaires sur l’air de Jingle Bells)
  2. (Québec) (Familier) Objet personnel, considéré comme sans valeur.
    • C’est quoi, c’te bébelle-là, le Cointreau ? s’étonna la marchande de pantoufles qui semblait s’être levée du pied gauche. — (Luc Baranger, Maria chape de haine, ch. I, Baleine, 2010)
    • Les attentes sont hautes, les potentiels sujets de chicanes innombrables, et la pression d’acheter des bébelles inutiles, élevée. — (Geneviève Pettersen, Je hais la St-Valentin, mais pas cette année, Le Journal de Québec, 12 février 2021)
    • Tes bébelles, pis dans ta cour! (se dit à quelqu’un qu’on veut rejeter)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  1. Frédéric GodefroyDictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, édition de F. Vieweg, Paris, 1881–1902 → consulter cet ouvrage
  2. — (Marie-Éva de Villers,Le Vif désir de durer: Illustration de la norme réelle du français québécois, Québec Amérique, Montréal, 2005, 339 pp.)