fustiger

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin fustigare (« bâtonner »), lui-même de fustis (bâton).

Verbe [modifier]

fustiger \fys.ti.ʒe\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Frapper à coups de bâton ou de verges.
    • Celui qui a Haute-Justice a juridiction puissance & connoissance des cas requérans mort & dernier supplice, mutilation, incision de membres & autres peines corporelles comme fustiger, pilorier, écheler, bannir, marquer, déporter & autres semblables. — (Pelée de Chenouteau, Conférence de la Coutume de Sens: avec le droit romain, les ordonnances du royaume & les autres Coutumes, Veuve Tarbé, Sens & Née de la Rochelle, Paris, 1787, p.1)
    • De mon temps on les eût fustigés avec un fagot dont on les eût brûlés ensuite. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • F° 67r° : un dessin formant scène – satyre fustigeant une satyresse, devant une statue-terme de Priape. Copie d'un détail d'une gravure de M. Raimondi ([…]) d'après un bas-relief antique à Rome. — (Pierre Paul Rubens, Théorie de la figure humaine, édition scientifique par Nadeije Laneyrie-Dagen, Éditions ENS Rue d'ULM, 2003, annexes p. 195)
  2. (Figuré) Administrer une correction, une réprimande.
    • Il mérite d’être fustigé d’importance.
  3. (Par analogie) Blâmer ; stigmatiser.
    • Les femmes sont descendues dans la rue pour fustiger les dictatures, sans pour autant mettre en avant leurs droits, croyant que la revendication de la démocratie et de la liberté les incluait d'office. — (Fawzia Zouari, Opprimer, c'est sacré, Télérama n°3460, mai 2016)
    • Les archives municipales de Nancy possèdent des doubles des lettres envoyées au maire de Bruyères pour fustiger cette pratique qui conduit la fille malade à arriver sans le sou à Nancy. — (Régis Latouche, Une maison de tradition : le 52 ; Bruyères et la prostitution, 1800-1946, Journées d'études vosgiennes, 2005)
    • Quant aux spiritualistes de la fin du XIXe siècle, ils fustigent volontiers la bourgeoisie voltairienne qu'ils qualifient de matérialiste, d’hypocrite et qu'ils jugent faussement respectable. — (Gilbert Guislain & ‎Charles Tafanelli, Voltaire, Studyrama, 2005, p. 77)
    • Depuis fort longtemps, « on » se sert des Chrétiens pour vilipender, fustiger et guerroyer les Musulmans. Depuis fort longtemps, « on » oppose le Christianisme à l'Islam! — (Nas E. Boutammina, Sociologie du Français musulman : Perspectives d'avenir ?, BoD/Books on Demand, 2017, p. 27)

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Références[modifier]