geindre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom) Du latin junior [1].
(Verbe) D’abord giembre en ancien français (vers 1200), puis refait en geindre, d’après les verbes en -eindre. Du latin gemĕre (« se plaindre, gémir »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
geindre geindres
\ʒɛ̃dʁ\

geindre \ʒɛ̃dʁ\ masculin

  1. Variante de gindre.
    • Et Mahoudeau exagérait ses brutalités voulues, les mains convulsées, ainsi qu’un geindre dont les poings pétriraient un monde — (Émile Zola, L'Œuvre, 1886)

Verbe [modifier le wikicode]

geindre \ʒɛ̃dʁ\ intransitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Se lamenter, gémir, se plaindre à diverses reprises d’une voix languissante et non articulée.
    • Les vieillards les plus débiles restaient dans leurs lits, et il n’y avait point de maison où l’on ne trouvât cinq ou six lits où geignaient les aïeuls. — (Charles Deulin, « Le Poirier de Misère », in Cambrinus et autres Contes, circa 1847–1875)
    • Elle recommença ses doléances, elle se mit à geindre de plus belle sur le manque de fortune qui la faisait échouer au port. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, 1870)
    • Le court trajet du platane à sa chambre lui parut interminable ; et elle geignait involontairement, demandant à s’asseoir, à s’arrêter, accablée par une sensation intolérable de pesanteur dans le ventre. — (Guy de Maupassant, Une vie)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France (Occitanie) : écouter « geindre »

Paronymes[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]