grège

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Grege, grege

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De l’italien (seta) greggia (« (soie) brute »).

Adjectif [modifier]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
grège grèges
\ɡʁɛʒ\

grège \ɡʁɛʒ\ masculin et féminin identiques

  1. Qualifie la soie à l'état brut.
    • Les procédés employés pour le traitement préparatoire de la soie consistent en deux opérations principales: […] 2° le moulinage qui comprend le dévidage, le doublage et la torsion que l'on fait subir à la soie grège pour la transformer en fils propres à être décreusés et tissés. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  2. De la couleur beige clair de la soie grège.
    • À chaque missive, l’avouerai-je,
      Je crains de vous causer l’ennui
      Et cette attente, comme un missile,
      Endolorit ma tête grège.
      — (Feu! Chatterton, La Malinche, Feu! Chatterton EP, 2014)

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Aide sur le thésaurus grège figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : couleur, soie.

Nom commun 1 [modifier]

Invariable
grège
\ɡʁɛʒ\

grège \ɡʁɛʒ\ masculinVoir la note sur les accords grammaticaux des noms de couleurs employés comme noms ou adjectifs.

  1. (Au singulier) La couleur de la soie grège. #BBAE98
    • Le grège est voisin du gris perle.

Synonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun 2[modifier]

Singulier Pluriel
grège grèges
\ɡʁɛʒ\

grège \ɡʁɛʒ\ féminin

  1. Fil de soie grège.
    • Ces gréges [fournies par le ver à soie de l'ailante] ne sont pas encore tout à fait propres aux usages de l'industrie, parce qu'il reste à organiser des instruments pour associer plusieurs brins au moyen d'une certaine torsion et pour les mouliner. — (Comptes rendus de l’Acad. des sciences)
    • Nous avons vu en effet, que pour obtenir la grège, on procédait à une cuisson des cocons dans l'eau afin de ramollir les grès, puis on réunissait par juxtaposition un certain nombre de brins pour former un fil. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)

Traductions[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]