homme-grenouille

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Date à préciser) Composé de homme et de grenouille.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
homme-grenouille hommes-grenouilles
\ɔm ɡʁə.nuj\

homme-grenouille \ɔm ɡʁə.nuj\ masculin (pour une femme, on dit : femme-grenouille)

  1. Plongeur équipé d’un scaphandre autonome (avec détendeur), équipement qui lui permet d’évoluer sous l’eau en toute liberté et sans avoir à être relié à la surface par un tube respiratoire.
    • De telles expériences seraient très risquées au Bosphore, l’homme-grenouille pouvant être entraîné par les courants très forts existant en ce détroit. — (4e Congrès international de la mer, vol. 2, Éditions La Simarre, 1972, p. 579)
    • Il fut le seul à la direction du M.I.6 à s'opposer résolument à la « mission de surveillance » confiée au célèbre homme-grenouille, le commandant Lionel (Buster) Crabb, sous la coque du destroyer Ordjonikidze à bord duquel Nikita Khrouchtchev et Nikolaï Boulganine étaient arrivés en visite officielle en Grande-Bretagne le 19 avril 1956. — (Michel Bar-Zohar, L'homme qui mourut deux fois, Éditions Fayard, 1974, p. 22)
  2. (Cirque) Contorsionniste disloqué vers l'avant.
    • Et puis, l'avouerai-je ? j'ai peur de me montrer parfois injuste, ne pouvant habituer ma pauvre oreille à la mode actuelle des vers brisés, rompus, désarticulés, désossés, qui ne gardent pas plus de l’harmonie poétique que l'homme en caoutchouc du Cirque ou l’homme-grenouille ne garde de la forme humaine. — (Maxime Gaucher, « Causerie littéraire », dans la Revue bleue, n° 16 du 16 avril 1887, p. 706)
    • C'est à cette dernière catégorie qu'appartiennent les hommes-serpents dont le genre fut créé par Klischnigg vers 1850, et les hommes-grenouilles. Les plus spectaculaires de leurs contorsions consistent à passer la tête entre les jambes, ou à la tourner totalement vers l'arrière par une rotation lente de la colonne vertébrale. — (Roland Auguet, Histoire et légende du cirque, Éditions Flammarion, 1974, p. 117)

Traductions[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • Dominique Denis, Encyclopédie du Cirque: de A à Z, Éditions Arts des 2 mondes, 2013