hostilité

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin hostilitas.
→ voir hostile et -ité

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
hostilité hostilités
\ɔs.ti.li.te\

hostilité \ɔs.ti.li.te\ féminin

  1. (Politique) Acte d’un ennemi ou état de guerre.
    • Le monde entier prenait part aux hostilités, sans pouvoir envisager la possibilité d’une paix prochaine, sans même l’espoir de recouvrer jamais la paix. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 392 de l’éd. de 1921)
    • La guerre est déclarée, mais il n’y a encore eu aucun acte d’hostilité de part ni d’autre.
    • Ce prince se livra à des actes d’hostilité, sans avoir déclaré la guerre.
    • Un commencement d’hostilités. — Commencer les hostilités. — Suspendre les hostilités.
  2. (Par extension) (Par hyperbole) Comportement d'inimitié ou d'opposition ; disposition hostile.
    • Voici, pour commencer, ce que j’écrivais, il y a six ans, dans un livre de colère que l’hostilité générale s’efforça d’étouffer par tous les moyens imaginables. — (Léon Bloy, Le Salut par les Juifs, Joseph Victorion et Cie, 1906)
    • L’indifférence en matière de foi était devenue de règle, car d’hostilité on n’en sentait point trop encore ; à peine sourdait-elle, peut-être, dans quelques propos sacrilèges que les mauvaises langues : […], s’essayaient malicieusement dans l’ombre à propager. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Pavlov ne s'est pas borné à abdiquer simplement la psychologie en tant que science. Il voyait naître en lui le sentiment d’hostilité irréconciliable envers cette « alliée de la physiologie » qui n'a pas fait ses preuves. — (E. Asratian, I. Pavlov : sa vie et son œuvre, p.78, Éditions en langues étrangères, Moscou, 1953)
    • Victime de l’hostilité d'Arago en France et de Humboldt en Allemagne, Paravey a la mentalité d'un persécuté. Il se plaint dès 1835 « de sourdes et odieuses manœuvres qui tendent sans cesse à se renouveler.» — (Jean-Claude Drouin, Un esprit original du XIXe siècle : le chevalier de Paravey (1787-1871), dans la Revue d'histoire de Bordeaux et du département de la Gironde, 1970, p. 67)
    • Il n'y avait pas encore de déclin appréciable dans l'influence des ordres soufis. L’hostilité que leur manifestaient les wahhabites avait peu de poids en dehors de l'Arabie centrale. — (Albert Hourani, Histoire des peuples arabes, traduit de l'anglais par Paul Chemla, Éditions du Seuil, 1993, p.413)

Traductions[modifier]

Références[modifier]