kief

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) De l’arabe كيف, kayf (« plaisir, état de gaité, hashish ») ; voir kif.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
kief kiefs
\kjɛf\

kief \kjɛf\ masculin

  1. Repos, sieste, observé au milieu de la journée chez les orientaux.
    • Je réveillai le drogman qui faisait son kief (sa sieste) dans la chambre du fond. — (Nerval, Voyage en Orient, t. 1, 1851, p. 187)
    • Ni le harem ne le possède, ni le kieff ne l'endort. — (Mme DE GASPARIN, à Constantinople, 2e éd. Paris 1867)
  2. Extase, bien-être physique et intellectuel.
    • Puis, il s’étendait sur le dos pour le kief et il sentait couler en lui, non plus une eau de source, une nappe transparente, mais un optimisme satisfait auquel ses sens eux-mêmes prenaient part. — (Paul Bonnetain, L’opium, 1886)
  3. Kif, plaisir procuré par une drogue.
    • Je sombrai dans un immense repos ; et tandis que mon compagnon, les yeux grands ouverts sur la lampe, la fixait d’un regard étrange, je ne fus plus bientôt à ses côtés qu’une présence dépouillée de tout sauf d’elle-même et perdue en elle-même… Combien de temps dura mon « kief » ? Je n’ai pas cherché à le savoir. — (Francis Carco, Au coin des rues : La Lumière noire, 1919 ; Éditions G. Crès et Cie, Paris, 1922p. 39)
    • L'intoxiqué court perpétuellement après son kief. La plus simple des formules : fumer deux pipes de moins pendant trois jours consécutifs pour retrouver le kief en fumant une pipe de plus le quatrième jour ; à partir de là, les combinaisons sont infinies. Mathilde raffinait. Quand pour avoir trop fumé, elle avait dépassé l'optimum, le kief, et sombrait dans la torpeur, elle combattait l'effet de l'opium avec de la cocaïne. — (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 37)
  4. Cette drogue elle-même.
    • Restait la grande tente plantée dans les jardins, ou le bach-agha, souvent, aimait à se retirer loin de tous, pour fumer le kief. — (Victor Margueritte, Un cœur farouche, Paris : Ernest Flammarion, 1921 p. 55)

Variantes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]


Références[modifier le wikicode]