montréalisation

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Siècle à préciser) Mot dérivé de Montréal avec le suffixe -isation.

Nom commun [modifier le wikicode]

montréalisation \mɔ̃.ʁe.a.li.za.sjɔ̃\ féminin

  1. Tendance à faire tourner les préoccupations et les décisions autour des réalités de Montréal, par opposition au reste de la province de Québec (et spécialement) de la ville de Québec.
    • […] la montréalisation de la culture au détriment de Québec. — (Le Devoir, 9 juillet 2006)
    • Pour M. Pelletier, à l’extérieur des campagnes électorales, Montréal domine le Québec. « Parfois on a l’impression que le modèle de la société est montréalais et que les autres devraient s’y conformer », affirme le professeur. Selon lui, cela s’explique notamment par la concentration des médias à Montréal et, du coup, une « montréalisation à outrance » de l’information. « Il y a une vaste diffusion de la pensée montréalaise», constate-t-il. — (Le Devoir, 10-11 février 2007)
    • Au-delà de l’image, M. Harper exploite ce que, jusqu'à tout récemment encore, le Bloc québécois présentait comme une vertu : la montréalisation du parti souverainiste. — (Le Devoir, 10 mai 2006)
    • Il suffit d’aborder la montréalisation des ondes, que déplore tant la population de Québec, pour voir Pierre Bruneau s’engager sur un terrain glissant. Selon lui, le phénomène est tout à fait naturel. — (Cyberpresse, 20 octobre 2006)
    • Mais la chronique d'Alain Dubuc, aussi visible soit-elle, ne semble être qu’un élément d’un malaise encore plus profond, soit la « montréalisation tranquille » du Soleil. « Nous sentons de plus en plus qu’il y a un rétrécissement marqué de la place accordée aux journaux à l’extérieur de Montréal », a soutenu le président du Syndicat de la rédaction du Soleil […]. — (Le Devoir, 17 juin 2004)
  2. (Rare) Transposition d’une œuvre consistant à déplacer le lieu de l’action à Montréal et à faire les adaptations qui s’ensuivent.
    • Il fallait y penser: transposer Le Songe de Strindberg dans la métropole et de nos jours, bien entendu, dans une version bilingue. […] Dans la « montréalisation » qui est offerte à présent, le drame poétique se dissout sous le poids des anecdotes accumulées et de la description vraiment trop pittoresque de la métropole qui nous est présentée. — (Le Devoir, 22 novembre 2004)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]